Glencore détaille son offre améliorée sur Xstrata

lundi 10 septembre 2012 11h42
 

par Clara Ferreira-Marques

LONDRES (Reuters) - Le géant du négoce de matières premières Glencore a exposé lundi dans le détail son offre améliorée sur le groupe minier Xstrata, tout en disant qu'il ne relèverait pas davantage le prix proposé.

Menacé de voir capoter son projet, Glencore a relevé vendredi son offre sur Xstrata, uniquement en actions, qui atteint désormais 37 milliards de dollars (29,15 milliards d'euros). Glencore a porté le ratio d'échange proposé à 3,05 actions par action Xstrata, contre 2,8 auparavant.

"Glencore confirme qu'il s'agit d'une fusion entièrement en actions et que le ratio d'échange ne sera pas relevé davantage. Ce dernier représente une prime conséquente pour une entreprise qui compte un actionnaire à hauteur de 34%", précise dans un communiqué Glencore, qui était pressé d'annoncer les détails de son offre tant par Xstrata que par les autorités britanniques de régulation.

Le fonds activiste Knight Vinke, qui possède 0,5% de Xstrata selon des données Reuters, a annoncé dimanche rejeter l'offre améliorée de Glencore, et a appelé le conseil du groupe minier à "demander le prix le plus élevé possible".

"La dernière proposition de Glencore dit clairement que la transaction implique un changement de contrôle, ce qui, comme nous continuons de le dire, suppose le paiement d'une prime conséquente", déclare Knight Vinke dans un communiqué.

Le fonds figure sur la liste des 20 plus importants investisseurs institutionnels de Xstrata hormis Glencore, qui en est le premier actionnaire avec une participation de 34%.

"MOINS AGRESSIVE"

Knight Vinke appelle les administrateurs de Xstrata à "passer en revue toutes les options, y compris la possibilité d'une offre d'un tiers".   Suite...

 
<p>Le g&eacute;ant du n&eacute;goce de mati&egrave;res premi&egrave;res Glencore a expos&eacute; lundi dans le d&eacute;tail son offre am&eacute;lior&eacute;e, uniquement en actions, sur le groupe minier Xstrata, tout en disant qu'il ne rel&egrave;verait pas davantage le prix propos&eacute;. /Photo prise le 7 septembre 2012/REUTERS/Michael Buholzer</p>