La zone euro entre dans une semaine à risques

dimanche 9 septembre 2012 17h01
 

par Paul Taylor

PARIS (Reuters) - La semaine qui s'ouvre s'annonce à hauts risques pour la zone euro, des événements potentiellement cruciaux s'enchaînant quelques jours après l'annonce des mesures inédites de la Banque centrale européenne (BCE) pour endiguer une crise de la dette qui sévit depuis plus de trois ans.

Des juges allemands, les électeurs néerlandais ou encore des régulateurs européens peuvent chacun à leur manière lever de nouveaux obstacles et faire retomber l'optimisme prudent né des annonces de la BCE.

Dans l'ordre d'importance, la journée clef est probablement celle du mercredi quand la Cour constitutionnelle allemande rendra sa décision sur la légalité du Mécanisme européen de stabilité (MES) et du pacte européen de discipline budgétaire.

Ni le MES ni le "fiskalpakt" ne pourront être ratifiés sans le feu vert des 'Sages' de Karlsruhe.

Un rejet de ces dispositifs, jugé peu probable par les experts en droit, déclencherait la panique sur les marchés obligataires en remettant en cause toute future aide aux pays du sud de l'Europe frappés de plein fouet par la crise de la dette.

Les cours actuels sur les différents marchés financiers - l'indice Euro Stoxx 50 a terminé vendredi à un plus haut de six mois, le rendement des obligations espagnoles à dix ans est repassé sous la barre des 6% pour la première fois depuis mai et l'euro est à un pic de quatre mois face au dollar - suggèrent que les intervenants tablent sur une décision positive de la Cour constitutionnelle.

Et même en cas de feu assorti de conditions, Holger Schmieding, économiste en chef chez Berenberg Bank, n'anticipe qu'un reflux temporaire des Bourses européennes, de 1% à 2%, jusqu'à ce que les investisseurs soient rassurés sur les conséquences de ces conditions.

UNION BANCAIRE   Suite...

 
<p>La semaine qui s'ouvre s'annonce &agrave; hauts risques pour la zone euro, des &eacute;v&eacute;nements potentiellement cruciaux s'encha&icirc;nant quelques jours apr&egrave;s l'annonce des mesures in&eacute;dites de la BCE pour endiguer une crise de la dette qui s&eacute;vit depuis plus de trois ans. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach</p>