Les dirigeants européens cherchent à activer la sortie de crise

dimanche 9 septembre 2012 12h20
 

CERNOBBIO, Italie (Reuters) - Plusieurs responsables européens ont lancé des propositions samedi pour accélérer la sortie de crise dans la zone euro tandis que le président du Conseil italien, Mario Monti, mettait en garde contre la tentation du repli nationaliste.

Lors d'une conférence économique à Cernobbio au bord du lac de Côme, Mario Monti a proposé la tenue d'un sommet de l'Union européenne à Rome afin de discuter de l'émergence d'un populisme anti-européen, des divisions entre les pays du nord et du sud de l'UE et des préjugés nationalistes nourris par le ressentiment contre les mesures d'austérité.

"Les vieux stéréotypes et les vieilles tensions ont ressurgi", a déclaré le chef du gouvernement italien lors d'une conférence de presse commune avec le président du Conseil européen, Herman von Rompuy.

"Il y a beaucoup de manifestations de populisme, dont le but est la désunion, dans la plupart des Etats membres."

Ces propos soulignent l'urgence de résoudre une crise qui dure maintenant depuis près de trois ans.

Herman van Rompuy s'est dit en accord avec l'idée de Mario Monti et favorable à la tenue anticipée d'une réunion encourageant l'intégration européenne, initialement prévue fin 2014.

Michel Barnier, le commissaire européen au Marché intérieur, a pour sa part appelé à une supervision commune et rapide de toutes les banques de la zone euro, dans une interview accordée à Reuters en marge du forum.

La supervision bancaire dans la zone euro devrait être introduite en janvier, en dépit des réserves exprimées par l'Allemagne, a-t-il ajouté.

"PAS UN DRAME"   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident du Conseil italien Mario Monti, &agrave; Cernobbio, en Italie. Plusieurs responsables europ&eacute;ens ont lanc&eacute; des propositions samedi pour acc&eacute;l&eacute;rer la sortie de crise dans la zone euro tandis que Mario Monti mettait en garde contre la tentation du repli nationaliste. /Photo prise le 8 septembre 2012/REUTERS/Paolo Bona</p>