Glencore relève son offre sur Xstrata

vendredi 7 septembre 2012 13h56
 

par Clara Ferreira-Marques et Emma Farge

LONDRES/ZUG (Reuters) - Menacé de voir capoter son projet, le géant du négoce de matières premières Glencore a relevé vendredi son offre sur le groupe minier Xstrata, qui atteint désormais 37 milliards de dollars (29,15 milliards d'euros).

Glencore a relevé le ratio d'échange proposé à 3,05 actions par action Xstrata, contre 2,8 auparavant, a annoncé Xstrata.

Le groupe minier a précisé que Glencore avait également modifié sa proposition en termes de gouvernance, qui prévoit notamment que le directeur de Glencore Ivan Glasenberg sera directeur général du nouvel ensemble, au lieu du patron de Xstrata Mick Davis.

Xstrata a ajouté que Glencore suggérait aussi de modifier la structure de l'opération de façon à ce qu'une simple majorité des actionnaires permette de faire passer l'offre.

Dans le cadre de la précédente offre, il suffisait que les détenteurs de 16,5% du capital votent contre pour faire capoter l'opération. Le Qatar, qui en détient 12%, avait annoncé la semaine dernière qu'il voterait contre, ce qui rendait le succès de l'offre virtuellement impossible sans amélioration des conditions.

A 11h15 GMT, le titre Glencore cédait 4,9% à 373,2 pence en Bourse de Londres, alors que l'action Xstrata s'adjugeait 7% à 10,48 livres. L'indice des valeurs minières européennes prenait 2,8%, dans un contexte de regain d'appétit des investisseurs pour le risque.

PLUS DE CHANCE DE PASSER EN FORCE

La nouvelle offre laisse la possibilité, soit d'un schéma d'arrangement, soit d'une prise de contrôle simple. Le conseil d'administration de Xstatra et les actionnaires devraient s'y opposer, souhaitant que Glencore conserve sa participation actuelle s'il n'obtient pas le contrôle total de la société.   Suite...

 
<p>Menac&eacute; de voir capoter son projet, le g&eacute;ant du n&eacute;goce de mati&egrave;res premi&egrave;res Glencore a relev&eacute; vendredi son offre sur le groupe minier Xstrata, qui atteint d&eacute;sormais 37 milliards de dollars (29,15 milliards d'euros). /Photo prise le 7 septembre 2012/REUTERS/Michael Buholzer</p>