Pour Xstrata, Glencore attend que le fruit soit mûr

mardi 4 septembre 2012 13h22
 

par Clara Ferreira-Marques

LONDRES (Reuters) - Ivan Glasenberg sera fidèle à l'audace qui a fait sa réputation s'il décide de laisser inchangée l'offre de sa société Glencore sur Xstrata, en espérant que le temps jouera pour lui.

Le premier négociant mondial de matières premières a proposé quelque 31 milliards de dollars (24,5 milliards d'euros) en actions pour reprendre Xstrata dont il détient déjà 34% du capital, mais son offre se heurte à l'opposition d'autres actionnaires, dont les fonds souverains qatari et norvégien.

Or, les actionnaires doivent s'exprimer cette semaine est il est fort probable qu'ils rejettent l'offre présentée par Glencore.

Obstiné de caractère, Ivan Glasenberg sait aussi se muer en fin négociateur et le risque d'un échec de son offensive ne sonnerait en rien le glas de ses ambitions. Il a prévenu qu'à ses yeux ce n'était pas "maintenant ou jamais" s'agissant de l'offre sur Xstrata.

De l'avis d'analystes, d'actionnaires et de sources proches de l'opération, le succès de son pari dépend de plusieurs facteurs imprévisibles, qu'il s'agisse des résultats futurs de Xstrata ou du comportement de l'actionnariat.

LE QATAR AVANCE SES PIONS

Les analystes jugent qu'un échec de l'offre de Glencore se traduirait par une chute de 10% à 15% du cours de l'action Xstrata à court terme. Le titre pourrait toutefois trouver un soutien s'il venait à augmenter sa production dans les mois à venir, alors que nombre de nouveaux projets commenceront à porter leurs fruits.

"C'est vraiment dangereux pour lui de présumer que ce sera plus facile. Les actionnaires ne sont pas impressionnés par l'argument (de la baisse du cours). C'est une grosse prise de risque", a déclaré une source faisant partie des dix premiers actionnaires de Xstrata.   Suite...

 
<p>Ivan Glasenberg sera fid&egrave;le &agrave; l'audace qui a fait sa r&eacute;putation s'il d&eacute;cide de laisser inchang&eacute;e l'offre de sa soci&eacute;t&eacute; Glencore sur Xstrata, en esp&eacute;rant que le temps jouera pour lui. Le premier n&eacute;gociant mondial de mati&egrave;res premi&egrave;res a propos&eacute; quelque 31 milliards de dollars (24,5 milliards d'euros) en actions pour reprendre Xstrata dont il d&eacute;tient d&eacute;j&agrave; 34% du capital, mais son offre se heurte &agrave; l'opposition d'autres actionnaires. /Photo prise le 9 mai 2012/REUTERS/Arnd Wiegmann</p>