Berlin en conflit avec la Commission sur la supervision bancaire

lundi 3 septembre 2012 22h58
 

par Andreas Rinke et Annika Breidthardt

HANOVRE, Allemagne (Reuters) - L'Allemagne a affiché son désaccord avec la Commission européenne au sujet du projet visant à donner à la Banque centrale européenne (BCE) de nouveaux pouvoirs de supervision des banques, estimant qu'il était irréaliste de penser que l'institut de Francfort allait pouvoir contrôler toutes les banques européennes.

Wolfgang Schäuble, ministre des Finances allemand, a également déclaré lundi que l'Europe ne serait pas en mesure de mettre en place une instance unique de supervision des banques de la zone euro d'ici la fin de l'année, semant ainsi le doute sur le calendrier indicatif retenu fin juin par les dirigeants européens.

Il a ajouté que tant qu'un tel mécanisme n'était pas créé, il était exclu que les banques puissent être directement recapitalisées par le Mécanisme européen de stabilité financière (MES), le fonds d'urgence de la zone euro.

La possibilité d'une injection directe de fonds du MES dans des établissements en difficulté avait été l'une des principales décisions du sommet européen d'il y a un peu plus de deux mois.

A l'époque, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, avait déclaré que l'objectif était de créer un mécanisme de supervision impliquant la Banque centrale européenne (BCE) d'ici la fin de l'année, et de rompre le "cercle vicieux" entre banques et Etats.

La Commission européenne fera ses propositions en matière du supervision bancaire le 12 septembre, mais elle déjà clairement fait savoir qu'elle voulait voir la BCE superviser la totalité des 6.000 établissements bancaires que compte l'Union européenne.

"Notre approche (...) prévoit un mécanisme ambitieux avec un spectre de couverture assez large qui supervisera toutes les banque de la zone euro, la BCE étant au centre du système", a déclaré Olli Rehn, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, lors d'un discours devant une commission du Parlement européen.

Ce dernier a ajouté que le champ d'intervention de la BCE pouvait également s'étendre aux établissements des pays non membres de l'Union économique et monétaire ayant fait le choix d'une instance de supervision unique.   Suite...

 
<p>Wolfgang Sch&auml;uble, le ministre allemand des Finances, s'est dit certain lundi que la Cour constitutionnelle de Karlsruhe n'entraverait pas la mise en oeuvre du M&eacute;canisme europ&eacute;en de stabilit&eacute; (MES). /Photo prise le 3 septembre 2012/REUTERS/Vincent Kessler</p>