Hermès craint lui aussi les risques de banalisation

vendredi 31 août 2012 14h56
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Hermès, qui a publié vendredi des résultats semestriels dont la forte hausse témoigne de sa capacité de résistance au ralentissement de l'économie mondiale, veut éviter la banalisation en ouvrant à l'avenir moins de magasins.

Malgré une taille encore modeste (2,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2011) comparée au géant Louis Vuitton (groupe LVMH, 6,5 milliards estimés), la griffe, modèle incontesté du très grand luxe, entend préserver son caractère exclusif.

"Face aux risques de banalisation de la marque, il faut être prudent. Nous allons considérablement réduire les ouvertures au profit de la rénovation et de l'extension des magasins existants", a déclaré vendredi Patrick Thomas, gérant d'Hermès, lors d'une conférence consacrée aux résultats semestriels.

Le groupe, qui compte aujourd'hui 340 magasins dans le monde, n'entend pas en ouvrir en Europe. Il en ouvrira au Moyen-Orient et en Amérique latine, et quelques-uns en Chine.

"D'ici cinq ans, la marque comptera 350 à 360 magasins, pas plus", a précisé le gérant.

Conscient du risque de banalisation, Louis Vuitton, première marque mondiale de luxe, a opté pour la montée en gamme afin de lutter contre la banalisation.

Hermès, dans lequel LVMH détient une participation de 22,3%, a vu son résultat opérationnel progresser de 22,2% à 510,9 millions d'euros au premier semestre et sa marge légèrement augmenter à 32,1%, contre 32% un an plus tôt.

Pour 2012, le sellier de la rue du Faubourg Saint-Honoré a confirmé que sa rentabilité serait inférieure au record historique (31,2%) de 2011 et a relevé son objectif de croissance à taux constants à 12% (contre 10%). Ce chiffre largement anticipé par les analystes est jugé toujours très prudent, compte tenu de l'acquis du premier semestre et des bases de comparaison relativement favorables pour le second.   Suite...

 
<p>Pochette Herm&egrave;s de la collection automne/hiver 2012-2013. Herm&egrave;s, qui a publi&eacute; vendredi des r&eacute;sultats semestriels dont la forte hausse t&eacute;moigne de sa capacit&eacute; de r&eacute;sistance au ralentissement de l'&eacute;conomie mondiale, veut &eacute;viter la banalisation en ouvrant &agrave; l'avenir moins de magasins. /Photo prise le 4 mars 2012/REUTERS/St&eacute;phane Mah&eacute;</p>