Maurel et Prom réaffirme sa volonté de changer de dimension

vendredi 31 août 2012 10h19
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Maurel et Prom a réaffirmé vendredi sa volonté de changer de dimension pour rester compétitif, ce qui pourrait passer par un adossement à un acteur plus important.

Le pétrolier français a en outre indiqué que ses performances devraient progresser au second semestre par rapport au premier, marqué par un recul des résultats, le groupe n'ayant pas bénéficié de cessions d'actifs comme au premier semestre 2011.

"Il va falloir reprendre un rythme de croissance important dans les années qui viennent ou se marier avec quelqu'un parce que, dans sa taille actuelle, Maurel et Prom n'a pas la capacité de demeurer indépendante longtemps", a déclaré lors d'une conférence téléphonique son PDG Jean-François Hénin, évoquant les besoins de capitaux toujours croissants de l'industrie pétrolière.

"C'est un sujet sur lequel on travaille depuis 18 mois, sérieusement, et on ne fera pas n'importe quoi. Et comme on ne veut pas faire n'importe quoi, c'est difficile. On a envisagé plusieurs choses, et à chaque fois on s'est dit que le niveau (...) de complémentarité n'était pas suffisant pour justifier l'opération", a-t-il ajouté.

Alors que la société a démenti en juin avoir été contactée par Royal Dutch Shell en vue d'un rachat, Jean-François Hénin estime que Maurel & Prom pourra rester seul "le moins longtemps possible", précisant cependant que le groupe envisage aussi de croître par lui-même.

Maurel & Prom enregistré au premier semestre un résultat net part du groupe de 32 millions d'euros (contre 90 millions), un résultat opérationnel de 86 millions (contre 218 millions), un résultat brut d'exploitation de 164 millions (+27%) et un chiffre d'affaires -déjà publié- de 226 millions (+23%).

Son résultat net du premier semestre 2011 incluait les résultats de cessions d'actifs pour 112 millions d'euros.

Jean-François Hénin a cependant indiqué que les résultats du second semestre devraient enregistrer une "hausse très sensible" par rapport au premier, le groupe devant bénéficier d'effets favorables liés à des hausses de volumes et de prix et aux taux de changes.   Suite...