Indonésie et Argentine accusées de dumping sur le biocarburant

jeudi 30 août 2012 20h07
 

par Barbara Lewis

BRUXELLES (Reuters) - Les producteurs européens de biocarburants ont porté plainte contre l'Argentine et l'Indonésie, deux pays qu'ils accusent de concurrence déloyale en vendant leur biogazole à prix cassé sur le marché européen.

Le directeur du Bureau européen du Biodiesel (EBB), qui regroupe 75% des producteurs et près de 80% de la production européenne de biocarburants, a également déclaré jeudi que l'EBB "travaillait activement" à ce que les procédures d'urgence de l'Union européenne soient appliquées.

Une telle mesure signifierait que toutes les taxes anti-dumping qui pourraient être imposées à l'Argentine et à l'Indonésie s'appliqueraient de manière rétroactive.

"Les prix du soja, la matière première de base, sont plus élevés en Europe que le biogazole importé d'Indonésie et d'Argentine", a fait valoir jeudi le secrétaire général de l'EBB, Raffaello Garofalo. "C'est comme si on disait que l'acier coûte plus cher qu'une voiture. Il n'y a pas de concurrence possible."

La Commission européenne (CE) a publié dans son journal officiel la plainte selon laquelle le biocarburant argentin et indonésien est vendu trop peu cher et "porte de ce fait préjudice à l'industrie de l'Union".

Selon le droit européen, la CE peut ordonner aux autorités douanières d'imposer des taxes à condition qu'une plainte déposée par un organisme professionnel soit jugée valide et en concertation avec les Etats membres.

TENSIONS COMMERCIALES

L'EBB a précisé dans un communiqué que les importations de biogazoles argentin et indonésien ont fortement augmenté, provoquant la faillite de plusieurs producteurs européens et contraignant les autres à vendre en dessous du coût de revient tout en réduisant leur production.   Suite...

 
<p>Les producteurs europ&eacute;ens de biocarburants ont port&eacute; plainte contre l'Argentine et l'Indon&eacute;sie, deux pays qu'ils accusent de concurrence d&eacute;loyale en vendant leur biogazole &agrave; prix cass&eacute; sur le march&eacute; europ&eacute;en. /Photo prise le 27 ao&ucirc;t 2012/REUTERS/Eric Gaillard</p>