Angela Merkel affiche sa confiance dans les réformes italiennes

mercredi 29 août 2012 18h54
 

par Annika Breidthardt

BERLIN (Reuters) - La chancelière Angela Merkel a salué mercredi les réformes de grande ampleur engagées par le président du Conseil italien Mario Monti, en estimant qu'elles devraient permettre à terme de faire refluer les coûts de financement de l'Italie.

Mario Monti, qui effectuait une brève visite à Berlin, a de son côté pu déclarer que les marchés financiers commençaient à récompenser Rome pour ses efforts, Rome ayant le matin même adjugé des bons du Trésor à des taux qui sont revenus à leur plus bas niveau depuis mars.

"La consolidation de grande ampleur et le programme de réformes du gouvernement italien sont impressionnants. Il faut les poursuivre et les mettre en oeuvre pas à pas", a déclaré Angela Merkel lors d'une conférence de presse commune.

"Je suis personnellement convaincue que ces efforts de réforme porteront leurs fruits, qu'ils amélioreront la compétitivité globale de l'Europe", a-t-elle ajouté.

Le programme de réformes lancé par le gouvernement Monti depuis son arrivée au pouvoir en novembre porte notamment sur le marché du travail et les retraites et comprend également des coupes budgétaires ainsi qu'une dérégulation de plusieurs secteurs de l'économie.

Les contrats à terme sur les emprunts d'Etat allemands sont partis à la baisse après ces déclarations, un trader soulignant qu'Angela Merkel avait été "très positive" à propos de l'Italie.

Mario Monti, dans un entretien au quotidien Il Sole 24 Ore publié mercredi, déclare que les importants écarts de rendement entre les emprunts d'Etat allemands et italiens pourraient représenter une menace inflationniste en Allemagne en raison de taux d'intérêt artificiellement bas.

LE MES "DE LA PLUS HAUTE IMPORTANCE"   Suite...

 
<p>La chanceli&egrave;re Angela Merkel, qui recevait Mario Monti mercredi &agrave; Berlin, a salu&eacute; les r&eacute;formes de grande ampleur engag&eacute;es par le pr&eacute;sident du Conseil italien, en estimant qu'elles devraient permettre &agrave; terme de faire refluer les co&ucirc;ts de financement de l'Italie. /Photo prise le 29 ao&ucirc;t 2012/REUTERS/Thomas Peter</p>