Le patronat réclame la confiance du gouvernement

mercredi 29 août 2012 10h21
 

PARIS (Reuters) - Le patronat français attend du gouvernement un discours de confiance à l'égard des entreprises et une politique fiscale leur permettant de contribuer au retour de la croissance, a déclaré mercredi Laurence Parisot.

La présidente du Medef s'exprimait juste avant l'ouverture des travaux de l'université d'été de l'organisation patronale par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

"Nous espérons un discours de confiance, de respect à l'égard des chefs d'entreprise et l'idée que, au fond, les entreprises, si elles font des profits, c'est pour alimenter la croissance", a dit Laurence Parisot sur France 2.

"Il ne pourra pas y avoir de croissance bénéfique pour tout le monde, pour tous les Français, si les entreprises ne font pas de profits" a-t-elle ajouté.

Outre la présence du chef du gouvernement, une première, pas moins de dix ministres sont annoncés pour l'université d'été du Medef sur le campus de HEC à Jouy-en-Josas (Yvelines), qui intervient sur fond de crise et de forte hausse du chômage.

Ce rendez-vous traditionnel de rentrée survient après un début de quinquennat marqué par une grande conférence sociale qui a inspiré des sentiments mitigés chez les patrons.

"Il y a manifestement la volonté de la part du Premier ministre de dépasser le désaccord, la mésentente que nous avons eus au mois de juillet au moment de la conférence sociale", a dit Laurence Parisot.

Les entreprises françaises traversent une phase critique en raison de la baisse de leurs commandes mais aussi à cause des entraves qui pèsent sur elles en matière de fiscalité et de charges, a-t-elle dit.

"Aujourd'hui, il y a une chute des taux de marges aussi parce qu'il y a un système de contraintes de charges fiscales, sociales", a dit la présidente du Medef. "Nous sommes à un point de rupture, nous sommes en risque de décrochage et donc en risque d'appauvrissement".   Suite...

 
<p>La pr&eacute;sidente du Medef Laurence Parisot a d&eacute;clar&eacute; que le patronat attendait du gouvernement un discours de confiance &agrave; l'&eacute;gard des entreprises et une politique fiscale leur permettant de contribuer au retour de la croissance. /Photo prise le 10 juillet 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>