Accor prudent pour 2012 en raison de l'Europe du Sud

mercredi 29 août 2012 10h28
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Malgré des réservations bien orientées pour l'automne, Accor s'est montré mercredi prudent pour 2012 en raison du manque de visibilité lié à la conjoncture et d'une dégradation plus marquée que prévu en Europe du Sud, entraînant une nette baisse du titre.

Le quatrième groupe hôtelier mondial, premier au niveau européen, dit viser un résultat d'exploitation compris entre 510 et 530 millions d'euros pour cette année, à comparer à un consensus Thomson Reuters I/B/E/S de 533 millions.

Accor avait réalisé en 2011 un résultat d'exploitation de 515 millions, en prenant en compte la cession de ses chaînes d'hôtellerie économique aux Etats-Unis, Motel 6 et Studio 6, pour 1,9 milliard de dollars (1,5 milliard d'euros environ) à un fonds de Blackstone Group. L'opération devrait être finalisée le 1er octobre.

Face à ces prévisions jugées décevantes, l'action perdait 3,71% à 25,45 euros vers 9h55, accusant la troisième plus forte baisse du CAC 40 et sous-performant l'indice européen du tourisme et des loisirs, en recul de 0,5% seulement. Le titre reste en hausse d'environ 30% depuis le début de l'année.

Le groupe, qui vise un record de 40.000 ouvertures de chambres à fin 2012, constate une bonne tendance sur les réservations d'automne même si elles sont le plus souvent tardives.

Accor dit ne pas avoir constaté de signe tangible d'inflexion de la demande à ce stade après une activité restée soutenue durant l'été, conforme à ses attentes excepté en Europe du Sud où les revenus par chambre disponible continuent à baisser, malgré des niveaux déjà très bas.

STRATÉGIE "ASSET LIGHT"

Sur le seul mois de juillet, le revenu par chambre disponible a encore baissé de 7% en Europe du Sud (Espagne, Italie, Portugal) dans le milieu et haut de gamme et de 14% dans l'hôtellerie économique.   Suite...

 
<p>Sophie Stabile, directrice financi&egrave;re d'Accor. Le quatri&egrave;me groupe h&ocirc;telier mondial, premier au niveau europ&eacute;en, s'est montr&eacute; prudent mercredi sur ses perspectives pour 2012 malgr&eacute; des r&eacute;servations bien orient&eacute;es pour l'automne, en raison du manque de visibilit&eacute; li&eacute; &agrave; la conjoncture et d'une d&eacute;gradation plus marqu&eacute;e que pr&eacute;vu en Europe du Sud. /Photo prise le 22 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Jacky Naegelen</p>