La récession s'accentue en Espagne, où l'austérité pèse

mardi 28 août 2012 17h19
 

par Nigel Davies

MADRID (Reuters) - La récession s'est creusée en Espagne au deuxième trimestre et le recul des dépenses des ménages s'est accentué, l'austérité mise en place pour réduire le déficit public prélevant sa dîme sur la consommation intérieure.

Le produit intérieur brut a diminué de 0,4% au deuxième trimestre, comme le prédisait l'estimation flash, après avoir reculé de 0,3% au premier trimestre, ont montré les chiffres officiels publiés mardi.

Sur une base annuelle, le PIB s'est contracté de 1,3%, un chiffre plus mauvais que le recul de 1% prévu dans le consensus, après celui de 0,6% enregistré de janvier à mars.

L'Espagne a annoncé lundi avoir revu en baisse les performances économiques qu'elle a réalisées en 2010 et 2011, ce qui pourrait compliquer la sortie de la récession.

Entre un coût du financement très élevé et le peu de signes laissant entrevoir une reprise durable, les analystes sont de plus en plus nombreux à s'attendre à voir Madrid solliciter une aide financière extérieure.

Cette conviction a été confortée mardi par le gouvernement de Catalogne, qui a fait savoir via son compte Twitter qu'il allait demander à Madrid une aide financière légèrement supérieure à cinq milliards d'euros pour couvrir ses obligations financières cette année.

Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a expliqué cette demande par un "manque de liquidités" et répété mardi qu'aucun plan de renflouement de l'Etat espagnol n'était en cours de discussion.

UN 6 SEPTEMBRE CRUCIAL   Suite...

 
<p>R&eacute;p&eacute;tition du titre de la photo. / Devant le palais royal, &agrave; Madrid. La r&eacute;cession s'est creus&eacute;e en Espagne au deuxi&egrave;me trimestre (avec une baisse de 0,4% du PIB) et le recul des d&eacute;penses des m&eacute;nages s'est accentu&eacute;, l'aust&eacute;rit&eacute; mise en place pour r&eacute;duire le d&eacute;ficit public pesant sur la consommation int&eacute;rieure. /Photo prise le 28 ao&ucirc;t 2012/REUTERS/Juan Medina</p>