Les réserves de l'AIE pourraient être bientôt sollicitées

samedi 25 août 2012 09h17
 

NEW YORK (Reuters) - Les principaux pays consommateurs de pétrole pourraient puiser dès le début du mois de septembre dans leurs réserves stratégiques car l'Agence internationale de l'énergie (AIE) ne s'oppose plus à un projet dans ce sens promu par les Etats-Unis, a-t-on appris d'une source du secteur vendredi, après la publication par le magazine spécialisé Petroleum Economist d'informations allant dans ce sens.

L'AIE, qui jugeait il y a quelques jours encore que des mesures d'urgence n'étaient pas nécessaires, passe désormais pour avoir accepté le principe d'une telle action, à condition que les Etats-Unis n'agissent pas unilatéralement, rapporte le mensuel.

"Les Etats-Unis sont le chef de file, l'AIE ne voit pas la nécessité d'un recours (aux réserves-ndlr). Cependant, si les principaux consommateurs comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France veulent y recourir, l'AIE devrait leur emboîter le pas et jouer un rôle", a dit de son côté la source du secteur, qui a requis l'anonymat, ajoutant que le recours au réserve pourrait avoir lieu "dès septembre".

Un tel recours aux stocks stratégiques pourrait être au moins équivalent à celui de l'an dernier, soit 60 millions de barils, poursuit-il en citant des sources sur les marchés.

Dans un communiqué publié en fin de journée, la directrice générale de l'Agence, Maria van der Hoeven, a jugé qu'aucune perturbation substantielle de l'offre pétrolière ne justifiait pour l'instant un recours aux réserves stratégiques.

"L'AIE, comme toujours, surveille activement les marchés pétroliers, reste en communications étroites avec ses pays membres et est prête à agir si nécessaire en réponse à une perturbation physique", déclare-t-elle dans ce communiqué envoyé par courrier électronique.

L'ARABIE SAOUDITE CONSULTÉE

"Cependant, comme je l'ai dit encore la semaine dernière, à ce stade, les conditions qui nécessiteraient une réaction de l'AIE ne sont pas présentes", ajoute-t-elle.

Le Petroleum Economist explique que la forte baisse des exportations pétrolières de l'Iran ces derniers mois pourraient servir de justification à une telle mesure.   Suite...

 
<p>La directrice g&eacute;n&eacute;rale de l'Agence internationale de l'&eacute;nergie, Maria van der Hoeven. Selon la publication sp&eacute;cialis&eacute;e Petroleum Economist, qui cite des sources non identifi&eacute;es, les principaux pays consommateurs de p&eacute;trole pourraient puiser d&egrave;s le d&eacute;but du mois de septembre dans leurs r&eacute;serves strat&eacute;giques car l'AIE ne s'oppose plus &agrave; un projet dans ce sens promu par les Etats-Unis. /Photo d'archives/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>