Déficit public surprise en Grande-Bretagne malgré l'austérité

mardi 21 août 2012 14h53
 

par Sven Egenter et David Milliken

LONDRES (Reuters) - Les finances publiques britanniques ont enregistré un déficit surprise en juillet, lié à une baisse des recettes tirées de l'impôt sur les sociétés et à une hausse des dépenses, alors que le mois de juillet est traditionnellement marqué par des rentrées fiscales élevées.

Après neuf mois de récession, ce déficit souligne le peu de marges de manoeuvre dont dispose le ministre des Finances George Osborne pour soutenir l'économie britannique.

Il entretient aussi les doutes sur la politique actuelle du gouvernement de coalition visant à défendre la note AAA du Royaume-Uni et à maîtriser les coûts d'emprunt en réduisant le déficit budgétaire.

Les finances du secteur public, hors interventions du secteur financier, ont enregistré un déficit de 557 millions de livres (706,4 millions d'euros) contre un excédent de 2,8 milliards de livres en juillet 2011, selon les données de l'Office national de la statistique publiées mardi.

"A ce niveau, les emprunts pour 2012 et 2013 dépasseront largement les prévisions du Bureau pour la responsabilité budgétaire (OBR)", estime Vicky Redwood, économiste chez Capital Economics.

"Avec une reprise moins forte que prévu par l'OBR, nous pensons que le gouvernement aura du mal à réduire ses emprunts pour l'année prochaine", ajoute l'économiste.

Le gouvernement de coalition qui réunit le Parti conservateur et les libéraux-démocrates entend réduire le déficit budgétaire à 5,8% du produit intérieur brut (PIB) cette année contre 8,2% enregistré lors de l'exercice fiscal 2011-2012.

Depuis le début de l'année, l'emprunt net du secteur public britannique -hors secteur financier et charge exceptionnelle liée au transfert d'actifs des régimes de retraite de la Royal Mail au secteur public l'année dernière- s'élève à 47,2 milliards de livres, en hausse de 11,6 milliards par rapport à 2011.   Suite...

 
<p>Les finances publiques britanniques ont enregistr&eacute; en juillet un d&eacute;ficit surprise de 557 millions de livres (soit 706,4 millions d'euros) contre un exc&eacute;dent de 2,8 milliards de livres en juillet 2011. /Photo d'archives/REUTERS/Sukree Sukplang</p>