Le maintien de la Grèce dans l'euro fait débat en Allemagne

samedi 18 août 2012 21h13
 

BERLIN (Reuters) - L'aide allouée à la Grèce n'est pas illimitée et Athènes ne doit pas compter sur un nouveau plan de sauvetage, a averti samedi le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

"Il n'est pas possible de jeter l'agent dans un puits sans fond. Nous ne pouvons pas encore mettre sur pied un nouveau plan d'aide", a-t-il déclaré lors d'une "journée portes ouvertes" des services publics.

Le ministre a, par ailleurs, assuré que l'euro restait une monnaie stable et s'est félicité de l'absence de signes inflationnistes.

Dans une interview au journal autrichien "Tiroler Tageszeitung", le président de l'Eurogroupe a déclaré pour sa part que la Grèce ne sortirait pas de la zone euro à moins d'un "refus total" de sa part de réaliser un quelconque de ses objectifs en matière de réformes.

"Cela ne se produira pas, à moins que la Grèce ne bafoue tous ses engagements et ne respecte aucun accord", a déclaré le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker quelques jours avant sa rencontre avec le Premier ministre grec, Antonis Samaras.

"Dans l'hypothèse d'un refus total de la Grèce s'agissant de la consolidation de son budget et des réformes structurelles, il faudra revoir la question", dit-il.

Le président de l'Eurogroupe affirme s'attendre à ce qu'Athènes redouble d'efforts pour réaliser ses objectifs en matière de réformes, ce qui rendra ce scénario non pertinent.

Le chef du gouvernement grec, remis des suites d'une opération à l'oeil, se rend cette semaine dans plusieurs capitales européennes pour rencontrer le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, de même que Jean-Claude Juncker.

A cette occasion, Antonis Samaras devrait proposer un rééchelonnement de deux ans des réformes douloureuses exigées par les bailleurs de fonds de la Grèce en échange de la poursuite de leur aide. Il invoquera à cet effet le coût social très élevé des ces sacrifices demandés à ses compatriotes.   Suite...

 
<p>le ministre allemand des Finances, Wolfgang Sch&auml;uble, a averti samedi que l'aide allou&eacute;e &agrave; la Gr&egrave;ce n'&eacute;tait pas illimit&eacute;e et qu'Ath&egrave;nes ne devait pas compter sur un nouveau plan de sauvetage. /Photo prise le 8 d&eacute;cembre 2011/REUTERS/Fabrizio Bensch</p>