Wall Street finit peu changé, le marché s'essouffle

mardi 14 août 2012 22h47
 

NEW YORK (Reuters) - Les marchés d'actions américains ont terminé peu changés mardi, effaçant leurs gains de la séance, l'indice S&P 500 montrant des signes d'essoufflement après avoir progressé sur sept des huit séances passées.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 0,02% à 13.172,14. Le S&P-500 a perdu 0,01% à 1.403,93. Le Nasdaq Composite a reculé de 0,18% à 3.016,98.

Les investisseurs ont d'abord salué des ventes au détail meilleures que prévu aux Etats-Unis ainsi que le relèvement des prévisions du distributeur d'articles de bricolage Home Depot, qui a dit constater une amélioration du marché immobilier.

Mais avec un S&P 500 en hausse de près de 12% depuis le début de l'année, le marché, fatigué, a effacé ses gains dans le courant de l'après-midi. Au cours des cinq dernières séances, l'indice n'a pas bougé de plus de 0,22% à la hausse comme à la baisse, et ce dans des volumes réduits, de nombreux opérateurs étant en congés d'été.

"Au cours des deux dernières semaines, la hausse du marché a été largement portée par l'absence de vendeurs et la confiance de voir les choses aller relativement bien jusqu'à la fin du mois au moins", commente James Dailey, gérant de portefeuille pour TEAM Asset Strategy Fund.

Au mois de juillet, les ventes au détail aux Etats-Unis ont augmenté pour la première fois en quatre mois à la faveur d'une hausse de la demande dans tous les segments de la consommation, de l'automobile à l'électronique en passant par l'habillement.

La hausse des ventes au détail constitue une bonne nouvelle pour la première économie mondiale, dont la croissance est essentiellement tirée par la consommation. Les marchés ont également été soutenus par les résultats trimestriels solides d'autres distributeurs spécialisés, tel le groupe de cosmétiques Estée Lauder, qui a bondi de 9,3%.

Les prix à la production aux Etats-Unis ont par ailleurs augmenté plus que prévu en juillet, pour signer leur plus forte progression en cinq mois.

Ces chiffres, couplés aux dernières données de l'emploi et de l'immobilier, font espérer aux investisseurs que le ralentissement de l'économie américaine ne soit que temporaire.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES MARCH&Eacute;S AM&Eacute;RICAINS</p>