Contraction du PIB de la zone euro malgré la hausse en Allemagne

mardi 14 août 2012 13h37
 

PARIS/BERLIN (Reuters) - L'activité économique s'est contractée dans la zone euro au deuxième trimestre, en dépit d'une croissance légèrement plus forte que prévu en Allemagne mais qui pourrait rapidement s'éteindre selon les économistes.

L'économie française a quant à elle enregistré son troisième trimestre consécutif de stagnation sur la période avril-juin.

Comme attendu, l'agence européenne des statistiques Eurostat a annoncé que le produit intérieur brut de la zone euro s'était contracté de 0,2% au deuxième trimestre par rapport aux trois premiers mois de l'année, période pendant laquelle l'activité avait stagné (PIB à 0%).

Les chiffres publiés mardi à Paris et Berlin par les instituts de statistique nationaux sont quant à eux ressortis légèrement au-dessus des attentes : une croissance de 0,3% pour le produit intérieur brut de l'Allemagne et une croissance nulle pour celui de la France.

Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une croissance de 0,2% en Allemagne au deuxième trimestre 2012, en net ralentissement par rapport au 0,5% du premier trimestre, et une contraction de 0,1% en France.

L'Autriche et les Pays-Bas ont fait presque aussi bien que l'Allemagne, avec des progressions de leur PIB de 0,2% au deuxième trimestre.

En Europe du Nord, la Finlande a subi une contraction de 0,7% de son économie sur la période, soit un recul identique à celui publié la semaine passée par l'Italie.

L'Espagne s'est encore un peu plus enfoncée dans la récession avec un PIB en recul de 0,4% D'un trimestre à l'autre. Il en est allé de même pour le Portugal, où la contraction du PIB a été de 1,2% sur le trimestre. A Chypre, le recul a été de 0,8%. En Grèce, les chiffres publiés lundi ont montré une contraction d'activité de 6,2% en rythme annuel.

En France, cela fait trois trimestres de suite que l'activité est au point mort. L'Insee a en effet confirmé la croissance nulle de l'économie française au premier trimestre 2012 et a révisé en baisse, à 0,0% contre 0,1% annoncé dans un premier temps, celle du quatrième trimestre 2011.   Suite...

 
<p>Chantier de construction &agrave; Francfort. L'Allemagne affiche une croissance l&eacute;g&egrave;rement plus forte que pr&eacute;vu au deuxi&egrave;me trimestre de 0,3%, alors que l'&eacute;conomie fran&ccedil;aise enregistre son troisi&egrave;me trimestre cons&eacute;cutif de stagnation sur la p&eacute;riode avril-juin. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach</p>