August 10, 2012 / 11:51 AM / 5 years ago

Le régulateur britannique a des pistes pour changer le Libor

4 MINUTES DE LECTURE

LONDRES (Reuters) - Le Libor n'est plus "adapté" et doit être changé ou remplacé, a dit vendredi l'autorité de régulation financière britannique, qui a exposé plusieurs propositions pour restaurer la crédibilité de cet ensemble de taux à Londres auxquels les banques se prêtent de l'argent entre elles.

L'évaluation initiale de la Financial Services Authority (FSA) est la première étape concrète pour réformer le Libor après un scandale de manipulation impliquant plusieurs grandes banques mondiales qui a nui à la réputation des autorités de régulation au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

"Les structures en place et la gouvernance du Libor ne sont plus adaptées et une réforme est nécessaire", a déclaré le directeur de la FSA Martin Wheatley, lors d'un discours à Londres.

L'avenir des autres taux de référence -pour toutes les classes d'actifs allant du pétrole à l'or, en passant par les actions- est aussi examiné de près, a-t-il ajouté.

Le Libor (London interbank offered rate) est un taux de référence en fonction duquel sont déterminés les taux appliqués à des milliers de milliards de dollars de contrats financiers dans le monde, comme ceux des cartes de crédit ou des produits dérivés les plus complexes.

Sa crédibilité a été gravement endommagée depuis l'émergence de soupçons de manipulation de la part des grandes banques qui l'établissent.

L'évaluation de la FSA a été ordonnée après que la banque Barclays s'était vue imposer une amende de 453 millions de dollars le mois dernier par les autorités de régulation américaines et britanniques.

Parmi ses propositions, Martin Wheatley souhaite que les taux de référence alternatifs au Libor soient utilisés dans certains cas et que leur propre calcul soit établi différemment.

L'établissement des taux de référence doit être basé moins sur le jugement et plus sur les transactions réelles, a suggéré le directeur de la FSA.

Jusqu'à maintenant, l'appartenance au panel des banques fixant les taux Libor a été l'apanage d'un petit nombre d'établissements qui fournissent chaque jour des estimations pour les taux auxquels ils emprunteraient différents devises à différentes périodes.

Il était impossible de remplacer dans l'immédiat le Libor en raison de la multitude des contrats qui lui sont liés et il pourrait être impossible de le remplacer totalement, les autres taux de référence n'étant pas parfaits, a déclaré jeudi à Reuters Martin Wheatley.

Etablir les taux de référence sur les transactions réelles pose problème pour les transactions où il n'existe pas de taux spécifique. Selon Martin Wheatley, ces taux pourraient être fixés par le biais d'une interpolation (une moyenne) des taux les plus couramment utilisés.

Les banques pourraient également être obligées de contribuer à la fixation du Libor, a dit jeudi le responsable de la FSA.

Le secteur bancaire a jusqu'au 7 septembre pour répondre à l'évaluation de la FSA, les recommandations finales devant être faites avant la fin du mois prochain.

Huw Jones, Blandine Hénault pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below