Les valeurs suivies à la mi-séance à la Bourse de Paris

vendredi 10 août 2012 12h25
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs suivies vendredi à la Bourse de Paris, en baisse après la publication d'une hausse nettement moins forte que prévu des exportations chinoises en juillet (+1% contre +8,6% attendu).

A 12h09, le CAC 40 lâche 0,81% à 3.428,83 points dans des volumes très faibles (à peine 560 millions d'euros ayant changé de mains sur NYSE Euronext Paris), l'indice phare de la place parisienne étant à l'approche d'une résistance technique située entre 3.450 et 3.500 points.

* Les CYCLIQUES et les GROUPES exposés à l'économie chinoise pâtissent des données chinoises moins bonnes qu'espéré alors que, selon une enquête Reuters réalisée auprès d'économistes, les perspectives des économies les plus vulnérables de la zone euro se sont considérablement assombries depuis le mois de juin.

MICHELIN perd 1,78%, L'ORÉAL 1,76% et ALSTOM 1,66%. L'indice Stoxx du secteur automobile perd 0,73%.

* CARREFOUR (-1,97%) accuse la plus forte baisse du CAC 40. Les analystes, comme ceux d'Espirito Santo, s'interrogent sur la capacité de la direction du distributeur à redresser le groupe -en termes de stratégie et de finances- avant la publication des résultats prévus pour la fin du mois.

* Les UTILITIES européennes (-0,56%) restent sous pression avec les groupes espagnols (-1,53%), Madrid pouvant être tenté de durcir la réglementation du secteur pour redresser les finances publiques de l'Espagne.

VEOLIA ENVIRONNEMENT recule de 1,54% et EDF de 0,78%.

GDF cède 0,77%, le gouvernement ayant également indiqué que le paiement de la facture rétroactive sur les tarifs du gaz en France serait étalé à partir de décembre sur une période de 18 mois.

En revanche, AREVA avance de 2,47%, la valeur rebondissant, comme la veille, sur la borne basse de son canal haussier.   Suite...

 
<p>Le titre Carrefour accuse la plus forte baisse du CAC 40 &agrave; la mi-journ&eacute;e, abandonnant 1,97% dans un march&eacute; en recul de 0,81%. Les analystes s'interrogent sur la capacit&eacute; de la direction du distributeur fran&ccedil;ais &agrave; redresser le groupe -en termes de strat&eacute;gie et de finances- avant la publication des r&eacute;sultats pr&eacute;vus pour la fin du mois. /Photo d'archives/REUTERS/Yves Herman</p>