En Italie, la récession dure désormais depuis un an

mardi 7 août 2012 14h31
 

par Gavin Jones

ROME (Reuters) - L'économie italienne s'est contractée plus que prévu au deuxième trimestre, selon les chiffres préliminaires publiés mardi par l'agence nationale des statistiques, compliquant les efforts de réduction du déficit du gouvernement de Mario Monti.

Le produit intérieur brut (PIB) italien a reculé de 0,7%, affichant son quatrième trimestre consécutif de contraction. Après une baisse de 0,8% au premier trimestre, le rythme de la récession dans laquelle le pays est plongé depuis un an ne s'atténue que modestement.

Les analystes interrogés par Reuters anticipaient une contraction moins marquée - de 0,6% - d'un trimestre à l'autre.

En rythme annuel, le repli du PIB italien ressort à 2,5% (consensus -2,3%), après un recul de 1,4% au premier trimestre. C'est sa plus forte chute depuis fin 2009.

Ces indicateurs sont une mauvaise nouvelle pour le président du Conseil Mario Monti, qui vise une réduction du déficit budgétaire à 0,1% du PIB en 2014, et qui risque de se trouver confronté à une diminution des revenus fiscaux et à une baisse de l'emploi et de la consommation.

Des analystes interrogés par Reuters ont évalué le déficit public à 2,3% du PIB pour 2012 et 1,3% pour 2013, alors que les prévisions gouvernementales sont respectivement de 1,7% et 0,5% du PIB pour ces deux années.

Les investisseurs sont de plus en plus sceptiques quant à la capacité de l'Italie à réduire sa dette publique, qui atteint environ 123% de son PIB, alors que ses coûts d'emprunts sur les marchés s'élèvent désormais à près de 6%, un niveau jugé insoutenable à long terme.

Mario Monti a fait adopter fin 2011 des mesures d'austérité d'une valeur totale de plus de 20 milliards d'euros, mais le plan, largement constitué de hausses d'impôts, a miné le moral des consommateurs et augmenté la récession.   Suite...

 
<p>L'&eacute;conomie italienne s'est contract&eacute;e de 0,7% au deuxi&egrave;me trimestre, soit plus que pr&eacute;vu, ce qui complique les efforts de r&eacute;duction du d&eacute;ficit du gouvernement de Mario Monti. /Photo prise le 2 ao&ucirc;t 2012/REUTERS/Juan Medina</p>