IAG va restructurer Iberia après des pertes au 1er semestre

vendredi 3 août 2012 11h51
 

par Rhys Jones

LONDRES (Reuters) - IAG, l'entité née de la fusion entre British Airways et Iberia, a annoncé une restructuration de la compagnie espagnole après que piètres performances de cette dernière et un renchérissement du coût du carburant ont plongé les comptes du groupe dans le rouge sur le premier semestre de l'année.

La perte accusée sur le premier semestre a conduit la compagnie aérienne à tabler sur un résultat opérationnel légèrement négatif sur l'ensemble de 2012, ce qui fait plonger le titre IAG à la Bourse de Londres.

Vers 09h50 GMT, l'action , qui a perdu 10% au cours des trois derniers mois, était en baisse de 4,65% à 151,9 pence, alors que l'indice regroupant les valeurs européennes des loisirs et du transport aérien avançait de 0,31%.

Willie Walsh, directeur général d'IAG, a déclaré que la réorganisation d'Iberia impliquerait des suppressions d'emplois.

"Les problèmes d'Iberia sont graves, et l'environnement économique accentue le besoin d'un changement structurel permanent", a-t-il déclaré. "Le plan devrait être achevé d'ici la fin septembre et concernera tous les aspects du fonctionnement" de la branche espagnole.

IAG, quatrième compagnie aérienne européenne en termes de capitalisation boursière, a annoncé une perte opérationnelle de 253 millions d'euros sur les six mois à fin juin contre un bénéfice de 88 millions d'euros sur la même période de l'année précédente.

Le groupe a précisé que British Airways avait, hors éléments exceptionnels, dégagé un bénéfice opérationnel de 13 millions sur le premier semestre, qui a vu Iberia être déficitaire de 263 millions.

HAUSSE DE 25% DES COUTS DU CARBURANT   Suite...

 
<p>Willie Walsh, directeur g&eacute;n&eacute;ral d'IAG. International Airlines Group, n&eacute;e de la fusion entre British Airways et Iberia, a revu &agrave; la baisse ses pr&eacute;visions de r&eacute;sultats 2012 apr&egrave;s que de pi&egrave;tres performances de sa branche espagnole et un rench&eacute;rissement du co&ucirc;t du carburant ont plong&eacute; les comptes dans le rouge sur le premier semestre de l'ann&eacute;e. /Photo prise le 20 mars 2012/REUTERS/Thomas Peter</p>