ANALYSE-Mario Draghi peut mener la BCE en territoire inconnu

jeudi 2 août 2012 23h37
 

par Paul Carrel et Eva Kuehnen

FRANCFORT (Reuters) - Même si les marchés financiers ont réagi par un très net repli aux déclarations de Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), ce dernier entraîne l'institution de Francfort en territoire largement inconnu.

L'Italien a beau avoir truffé les nouvelles "directives" de la BCE de conditions et de mises en garde, il a ouvert la porte à une politique monétaire qui pourrait même aller jusqu'à de l'assouplissement quantitatif, un pas que la BCE se refusait à faire jusqu'ici.

Les Bourses européennes ont fini en forte baisse, les investisseurs se montrant déçus de l'absence toute mesure immédiate de la BCE pour endiguer la crise de la dette de la zone euro, surtout après que Mario Draghi avait dit la semaine dernière ferait "tout ce qui nécessaire" pour préserver l'euro.

La marge de manoeuvre de Mario Draghi est cependant limitée par la Bundesbank allemande, que le président de la BCE a d'ailleurs désigné comme étant la seule opposée aux nouvelles mesures envisagée par envisagées par la Banque centrale européenne.

De fait de l'opposition de la Bundesbank, la BCE se prépare pour l'instant à ne racheter que des obligations souveraines italiennes et espagnoles sur le marché et elle ne le fera qu'une fois que les gouvernements de la zone euro auront permis aux fonds de sauvetage de la région de faire de même.

Même si la BCE ne prend aucune mesure immédiate, Holger Schmieding, économiste chez Berenberg Bank, estime que, tout bien considéré, Mario Draghi n'a pas manqué à ses promesses faites la semaine dernière.

"Quelle que soit la réaction des marchés, l'annonce de la BCE aujourd'hui représente un sérieux pas en avant. Cette fois, la BCE s'est explicitement engagée à faire ce qu'il fallait pour atteindre son objectif", a-t-il dit.

NOUVELLE HAUSSE DES RENDEMENTS ESPAGNOL ET ITALIEN   Suite...

 
<p>Mario Draghi, pr&eacute;sident de la Banque centrale europ&eacute;enne (BCE), entra&icirc;ne l'institution de Francfort en territoire largement inconnu. /Photo prise le 2 ao&ucirc;t 2012/REUTERS/Alex Domanski</p>