Veolia amplifie ses mesures de crise après un semestre décevant

jeudi 2 août 2012 11h22
 

par Noëlle Mennella

PARIS (Reuters) - Veolia Environnement a décidé d'amplifier ses réductions de coûts et de geler des investissements pour faire face à la crise économique et réaliser ses objectifs 2012-2013, après des résultats semestriels jugés décevants.

En Bourse, l'action Veolia accusait le coup. Réservée à la baisse à l'ouverture, elle perdait 8,5% à 8,436 euros à 10h50 vers 10h30 à 8,50 euros, réduisant à 0,50% son gain depuis le début de l'année après un plongeon de 61% en 2011.

Le spécialiste du traitement de l'eau et des déchets, pourtant en avance sur le plan stratégique mis en oeuvre sur la période 2012-2013, a constaté en avril les impacts sur son activité de la dégradation de l'environnement économique, a expliqué son président-directeur général Antoine Frérot.

Lors d'une conférence de presse téléphonique, il a précisé que la situation était particulièrement difficile en Italie et que le groupe devait subir des pressions tarifaires lors de renouvellements de contrats dans ses marchés matures.

Ainsi, en complément du plan stratégique présenté en décembre pour faire face à la crise, Veolia Environnement va accroître de 50 millions d'euros les réductions de coûts bruts qui seront réalisées, relevant ainsi le niveau d'économies à 270 millions en 2013 et à 500 millions en 2015.

En outre, sur la période 2012-2013, le groupe gèlera 500 millions d'euros d'investissements sur 2012-2013.

Plus de 300 projets de réductions de coûts "à effets rapides" ont été approuvés à fin juillet et les premières mesures mises en oeuvre ont permis d'initier 109 millions d'euros d'économies brutes au titre de 2012, a également indiqué Antoine Frérot.

Veolia Environnement a réalisé au 30 juin 1.626 millions d'euros de cessions industrielles et financières.   Suite...

 
<p>Antoine Fr&eacute;rot, PDG de Veolia Environnement. Le sp&eacute;cialiste du traitement de l'eau et des d&eacute;chets publie des r&eacute;sultats semestriels p&eacute;nalis&eacute;s par une conjoncture difficile qui l'a conduit &agrave; accro&icirc;tre ses r&eacute;ductions de co&ucirc;ts et &agrave; geler des investissements afin de pouvoir confirmer ses objectifs 2012-2013. /Photo prise le 1er mars 2012/REUTERS/Jacky Naegelen</p>