Schneider Electric confirme ses objectifs

mercredi 1 août 2012 08h50
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Schneider Electric a confirmé mercredi ses objectifs 2012 malgré les incertitudes persistantes sur l'économie mondiale, après un premier semestre marqué par une croissance quasi nulle des ventes et une hausse de 11% du bénéfice net.

Le numéro un mondial des équipements électriques basse et moyenne tension a réalisé sur les six premiers mois de l'année un chiffre d'affaires de 11,4 milliards d'euros, en hausse de 10% en données publiées. A change et périmètre constants, la croissance ressort à 0,2%, contre +0,4% au premier trimestre.

"Les incertitudes relatives à l'économie mondiale et les tendances contrastées des marchés clés du groupe continuent de limiter la visibilité à court terme", déclare le président du directoire Jean-Pascal Tricoire, cité dans le communiqué.

"Dans ce contexte, si les conditions économiques ne se détériorent pas davantage et forts de nos résultats du premier semestre, nous confirmons nos objectifs financiers annuels."

Schneider Electric vise toujours une croissance organique nulle à légèrement positive de son chiffre d'affaires en 2012 et une marge d'Ebita ajusté comprise entre 14% et 15%, contre 14,2%

en 2011 et 13,6% au premier semestre de l'année.

"Il y a toujours un effet de saisonnalité très important entre le premier et le second semestre", a précisé Emmanuel Babeau, directeur financier de Schneider Electric, lors d'une interview à Reuters.

"Aujourd'hui, tout laisse à penser que nous aurons une fois de plus un effet de saisonnalité important (...), donc que l'objectif de marge est réaliste."   Suite...

 
<p>Jean-Pascal Tricoire, pr&eacute;sident du directoire de Schneider Electric. Le num&eacute;ro un mondial des &eacute;quipements &eacute;lectriques basse et moyenne tension confirme ses objectifs 2012 malgr&eacute; les incertitudes persistantes sur l'&eacute;conomie mondiale, apr&egrave;s un premier semestre marqu&eacute; par une croissance quasi nulle des ventes et une hausse de 11% du b&eacute;n&eacute;fice net. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>