SocGen freine sa réduction de bilan après un 2e trimestre mitigé

mercredi 1 août 2012 14h52
 

par Matthieu Protard et Lionel Laurent

PARIS (Reuters) - La Société générale mènera son plan de réduction de bilan à un rythme moins soutenu au cours des prochains trimestres après avoir procédé au premier semestre à de nombreuses suppressions de postes et à des cessions de portefeuilles.

La banque française, dont les comptes du deuxième trimestre ont été plombés par des dépréciations sur ses filiales en Russie et aux Etats-Unis, a aussi fait savoir mercredi qu'elle avait d'ores et déjà réalisé 60% de son plan de réduction de bilan.

Au cours du deuxième trimestre, elle a à nouveau cédé pour 5 milliards d'euros d'actifs financiers, portant à plus de 21 milliards d'euros le montant des cessions réalisées depuis le mois d'octobre.

"Nous en sommes à près de 60% de notre programme de réduction de bilan dans la BFI (banque de financement et d'investissement, NDLR), donc nous allons continuer à réduire le bilan (mais) à un rythme moins soutenu", a déclaré Séverin Cabannes, le directeur général délégué de la SocGen, lors d'une interview à Reuters Insider.

A la Bourse de Paris, l'action SocGen, qui avait évolué dans le vert dans la matinée, est repartie à la baisse et abandonnait 0,7% à 17,88 euros à 14h25, sous-performant l'indice bancaire européen (+0,14%).

"La rentabilité nous paraît durablement amoindrie en raison d'une persistance des difficultés à l'international et des effets de la transformation de la banque", relève Pierre Chedeville, analyste chez CM-CIC Securities.

"Au niveau opérationnel, la déception vient encore de la performance du réseau international", note de son côté Alex Koagne, chez Natixis Securities.

"En revanche, la dynamique du bilan devrait conforter un peu plus le marché sur la capacité de SG à atteindre un ratio common equity tier 1 de 9% d'ici fin 2013", poursuit l'analyste.   Suite...

 
<p>Fr&eacute;d&eacute;ric Oudea, le PDG de la Soci&eacute;t&eacute; g&eacute;n&eacute;rale, &agrave; Paris, lors de la pr&eacute;sentation des r&eacute;sultats de la banque, marqu&eacute;s par une contraction plus prononc&eacute;e qu'attendu du b&eacute;n&eacute;fice net au deuxi&egrave;me trimestre, en raison de d&eacute;pr&eacute;ciations dans les activit&eacute;s en Russie et dans la gestion d'actifs. /Photo prise le 1er ao&ucirc;t 2012/REUTERS/Julien Muguet</p>