31 juillet 2012 / 10:48 / il y a 5 ans

Le FSI entrerait au capital du pôle régional d'Air France

<p>Alexandre de Juniac, PDG d'Air France. Le Fonds strat&eacute;gique d'investissement (FSI) pourrait &eacute;tudier une entr&eacute;e au capital du futur p&ocirc;le r&eacute;gional que compte cr&eacute;er la compagnie a&eacute;rienne dans le cadre de son plan de restructuration, a-t-on appris de source proche du dossier. /Photo prise le 8 mars 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>

par Julien Ponthus et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Le Fonds stratégique d‘investissement (FSI) pourrait étudier une entrée au capital du futur pôle régional que compte créer Air France dans le cadre de son plan de restructuration, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

Le groupe aérien en grande difficulté présentera début septembre les contours d‘un nouveau pôle réunissant les compagnies Régional, Airlinair et Brit Air.

“Le FSI pourrait regarder si le dossier se confirme”, a déclaré la source.

Ni le FSI, ni Air France-KLM n‘ont souhaité faire de commentaire.

Air France compte en parallèle faire monter en puissance sa compagnie “low cost” Transavia France, dont la flotte sera portée entre 20 et 22 Boeing 737 d‘ici 2015-2016, contre huit actuellement.

Lionel Guérin, patron de Transavia France et d‘Airlinair, devrait diriger le pôle régional, qui sera distinct de Transavia et dont l‘objectif est de réaliser un chiffre d‘affaires d‘un milliard d‘euros en 2014 et de réduire de 15% ses coûts maîtrisables.

Air France, qui cherche à lutter contre la concurrence de compagnies low cost comme easyJet et Ryanair, a perdu près de 500 millions d‘euros dans le court et moyen-courrier en 2011. Avec son plan, il compte ramener ce segment à l’équilibre en 2014, tout en portant son chiffre d‘affaires total entre cinq et six milliards d‘euros.

Lors de l‘annonce fin juin de 5.122 suppressions de postes à Air France, le PDG de la compagnie Alexandre de Juniac avait expliqué que le nouveau pôle aurait besoin de moyens pour adopter une politique commerciale “agressive” et rationaliser sa flotte.

“Si un investisseur venait en partenaire avec nous (...), notamment un investisseur public, pour soulager Air France pour la partie de dépenses en capital, compte tenu de la situation financière d‘Air France, ce serait plutôt une bonne nouvelle”, avait-il dit, en ajoutant que ce n’était pas “obligatoire”.

Air France-KLM a annoncé lundi avoir diminué de moitié sa perte d‘exploitation au deuxième trimestre grâce à une hausse de ses recettes par passager et à des économies. Cette réduction nettement plus marquée que prévu a fait s‘envoler de 18,5% le titre du groupe franco-néerlandais en Bourse de Paris.

Mardi, à 12h25, l‘action Air France-KLM cédait 1,65% à 4,542 euros.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below