EDF veut plus de partenaires pour le nucléaire britannique

mardi 31 juillet 2012 11h29
 

par Benjamin Mallet et Caroline Jacobs

PARIS (Reuters) - EDF a fait savoir mardi qu'il souhaitait attirer de nouveaux partenaires pour investir dans le nucléaire britannique afin de limiter son endettement et de respecter ses objectifs en la matière.

L'électricien public français détient aujourd'hui 80% d'une coentreprise, également contrôlée à 20% par Centrica, qui envisage de construire, exploiter et démanteler jusqu'à quatre réacteurs nucléaires au Royaume-Uni.

"L'objectif d'EDF a toujours été et reste de contrôler les opérations, de contrôler le projet (...) et ceci ne nécessite pas obligatoirement que nous soyons à 80% dans ce projet", a déclaré Thomas Piquemal lors d'une conférence téléphonique.

"C'est la raison pour laquelle nous envisageons la possibilité d'ouvrir un petit peu plus le capital de ces projets en trouvant de nouveaux partenaires, nous réfléchissons aux meilleurs formes de financement et à la meilleure façon d'attirer de nouveaux partenaires", a-t-il ajouté.

L'endettement financier net d'EDF atteignait 39,7 milliards d'euros à fin juin, soit le plafond de 2,5 que le groupe s'est fixé en matière de ratio de dette sur résultat brut d'exploitation (Ebitda).

Thomas Piquemal a précisé que les efforts du groupe porteraient également sur ses coûts et qu'une révision à la baisse de l'enveloppe d'investissements nets, prévue en-deçà de 15 milliards d'euros en 2015, était "une possibilité".

EDF a également indiqué que, toujours pour limiter son endettement, il souhaitait faire des propositions au gouvernement en matière de financement des énergies renouvelables.

OBJECTIFS CONFIRMÉS   Suite...

 
<p>Henri Proglio (&agrave; droite), PDG d'EDF, aux c&ocirc;t&eacute;s de son directeur financier Thomas Piquemal. L'&eacute;lectricien public fran&ccedil;ais a fait savoir qu'il souhaitait attirer de nouveaux partenaires pour investir dans le nucl&eacute;aire britannique afin de limiter son endettement et de respecter ses objectifs en la mati&egrave;re. /Photo prise le 15 f&eacute;vrier 2011/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>