Safran prêt pour les montées en cadence de production

mardi 31 juillet 2012 10h18
 

Actualisation et correction de l'orthographe du nom du directeur financier.

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Safran s'est mis en ordre de bataille pour suivre la forte hausse des cadences de production de moteurs à la suite d'une avalanche de commandes faisant du secteur aéronautique une exception dans une conjoncture économique morose.

L'équipementier pour l'aéronautique, la défense et la sécurité a annoncé mardi une nouvelle hausse de ses résultats au premier semestre, liée à l'effet positif de la baisse de l'euro, à l'intégration d'acquisitions et aux ventes du moteur CFM56 de CFM International, sa coentreprise avec General Electric.

Le groupe a reconfirmé ses objectifs pour 2012, attendant désormais une hausse légèrement supérieure à 10% de son chiffre d'affaires - et non plus de l'ordre de 10% - après avoir adopté un nouveau change moyen estimé à 1,30 dollar pour un euro.

Il réaffirme également tabler pour cette année sur une hausse d'environ 20% de son résultat opérationnel courant et sur un cash flow libre représentant environ le tiers de celui-ci.

"Les résultats du groupe reflètent un solide 'mix' et des perspectives attrayantes en 2012 et au-delà", écrit CM-CIC dans une note.

Le titre prend 0,28% à 28,28 euros vers 9h35, contre la tendance. Il s'est adjugé 22% depuis le début de l'année, donnant une capitalisation de 11,8 milliards d'euros.

Pour préparer l'avenir, Safran a consacré 476 millions d'euros à la recherche et développement au premier semestre, en ligne avec son objectif d'environ un milliard d'euros en 2012.   Suite...

 
<p>Jean-Paul Herteman, PDG de Safran. L'&eacute;quipementier pour l'a&eacute;ronautique, la d&eacute;fense et la s&eacute;curit&eacute; a publi&eacute; une nouvelle hausse de ses r&eacute;sultats au premier semestre, r&eacute;alisant une marge op&eacute;rationnelle de 10,6% contre 9,9% un an plus t&ocirc;t. Son chiffre d'affaires a enregistr&eacute; une hausse de 14,1% &agrave; 6.413 millions d'euros. /Photo prise le 1er septembre 2011/REUTERS/Charles Platiau</p>