Barclays s'excuse pour le Libor, résultat au-delà des attentes

vendredi 27 juillet 2012 14h32
 

par Steve Slater

LONDRES (Reuters) - Barclays a révélé vendredi l'existence de nouvelles enquêtes et de nouvelles poursuites judiciaires dans le cadre du scandale de manipulation du Libor qui secoue la banque depuis plus d'un mois et pour lequel elle a présenté ses excuses, tout en dévoilant un bénéfice semestriel meilleur que prévu.

La banque a publié un bénéfice récurrent avant impôts en hausse de 13% à 4,2 milliards de livres (5,4 milliards d'euros) pour le premier semestre, un chiffre supérieur aux 3,8 milliards attendus par les analystes sondés par la société.

Vers 12h30 GMT, Le titre gagnait près de 7% à la mi-séance à Londres, faisant mieux que l'indice du secteur bancaire européen, en hausse de 1,17%.

Barclays a dit que l'autorité britannique de régulation des marchés avait ouvert une enquête visant la banque et quatre de ses anciens et actuels employés.

La Financial Services Authority (FSA) cherche à savoir si la banque a été suffisamment transparente au sujet de certains frais payés dans le cadre d'accords commerciaux liés à des augmentations de capital effectuées entre juin et novembre 2008.

"Nous regrettons les problèmes qui ont été soulevés au cours des dernières semaines et reconnaissons que nous avons déçu nos clients et actionnaires", a déclaré Marcus Agius, qui a temporairement pris la direction générale, en plus de la présidence du groupe, depuis la démission du DG Bob Diamond.

"Je suis persuadé que nous pouvons et devons réparer les dégâts causés à notre activité en termes de réputation à leurs yeux et à ceux de tous nos actionnaires", a ajouté Marcus Agius, réaffirmant l'engagement de la banque à dégager un rendement sur fonds propres de 13%.

UN ANCIEN CADRE DE JPMORGAN FAVORI POUR LE POSTE DE DG   Suite...

 
<p>Barclays a r&eacute;v&eacute;l&eacute; vendredi l'existence de nouvelles enqu&ecirc;tes et de nouvelles poursuites judiciaires dans le cadre du scandale de manipulation du Libor (taux d'int&eacute;r&ecirc;t interbancaire offert &agrave; Londres) qui secoue la banque depuis plus d'un mois et pour lequel elle a pr&eacute;sent&eacute; ses excuses, tout en d&eacute;voilant un b&eacute;n&eacute;fice semestriel meilleur que pr&eacute;vu. /Photo prise le 28 juin 2012/REUTERS/Paul Hackett</p>