Renault reste à flot, LG ferait des batteries mais pas à Flins

vendredi 27 juillet 2012 13h50
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - La dégradation du marché automobile en Europe a pesé sur les résultats semestriels de Renault mais le constructeur, plus internationalisé que son concurrent PSA Peugeot Citroën, est parvenu à rester bénéficiaire.

Renault a aussi annoncé vendredi que le coréen LG pourrait construire une usine de batteries en France, qui fournirait les véhicules électriques de Renault et exporterait vers toute l'Europe.

Le projet scellerait du même coup l'abandon d'une usine de batteries électriques que Nissan, le partenaire japonais de Renault, devait construire sur le site du groupe à Flins (Yvelines).

Renault prend ses décisions en toute indépendance, a déclaré Carlos Tavares, le directeur général délégué du groupe, prié de dire si l'annonce sur LG était une concession au gouvernement qui va mobiliser près de deux milliards d'euros pour aider la filière automobile française.

En présentant ses résultats semestriels, Renault s'est dit préoccupé par le manque de visibilité et l'augmentation des risques en Europe. Il n'en a pas moins confirmé son objectif 2012 d'un free cash flow positif grâce au développement de la gamme Dacia à l'international et à l'arrivée de nouveaux modèles, notamment Clio 4.

"Au premier semestre, l'entreprise a démontré une bonne résilience, un engagement de tous les salariés qui comprennent que si nous avons réussi à maintenir le navire à flot, il nous faut encore faire de nombreux efforts pour améliorer notre compétitivité", a déclaré Carlos Tavares au cours d'une téléconférence avec les analystes.

Le numéro deux du groupe s'est aussi dit inquiet des possibles retombées des difficultés que rencontre actuellement la filière des sous-traitants, en Europe et surtout en France. Le plan automobile du gouvernement y consacre un large volet.

"Nous restons bien entendu vulnérables à la situation européenne (...) à condition que la dégradation ne s'accentue pas, nous anticipons en 2012 des ventes en légère hausse, voire proches du niveau de 2011", a dit Carlos Tavares.   Suite...

 
<p>Carlos Tavares, directeur g&eacute;n&eacute;ral d&eacute;l&eacute;gu&eacute; de Renault. La marque au losange est parvenu &agrave; rester b&eacute;n&eacute;ficiaire au premier semestre, malgr&eacute; la d&eacute;gradation du march&eacute; automobile en Europe, gr&acirc;ce &agrave; son internationalisation. Le partenaire de Nissan a par ailleurs annonc&eacute; que le cor&eacute;en LG pourrait construire une usine de batteries en France pour ses v&eacute;hicules &eacute;lectriques. /Photo prise le 27 juillet 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>