LG pourrait produire des batteries en France pour Renault

vendredi 27 juillet 2012 12h31
 

PARIS (Reuters) - Renault a annoncé vendredi que le coréen LG pourrait choisir la France pour construire une usine de batteries pour équiper ses véhicules électriques, scellant par ricochet la fin du projet d'usine Nissan à Flins (Yvelines).

La future usine LG, qui pourrait être opérationnelle en 2015, aurait vocation à fournir d'autres constructeurs que Renault et à exporter dans toute l'Europe.

"LG s'est tout naturellement tourné vers nous pour un partenariat stratégique", a déclaré Carlos Tavares, numéro deux de Renault, au cours d'une conférence de presse consacrée aux résultats semestriels du groupe.

"Si ce travail venait à déboucher sur des batteries de deuxième génération compétitives, ce partenaire LG ferait de gros investissements dans notre pays."

Renault a signé en mai un protocole d'accord avec LG mais aussi avec le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), avec lequel il travaille sur la technologie des batteries depuis 2010. Un accord définitif pourrait être conclu en septembre.

Le groupe au losange achète déjà au groupe coréen des batteries de première génération pour son quadricycle Twizy et sa future Zoé, mais celles-ci sont importées de Corée et assemblées dans un atelier Renault à Flins (Yvelines). A terme, cette première génération pourrait aussi être produite sur le futur site français de LG.

"LG n'assemblerait pas seulement les batteries, il fabriquerait dans notre pays la partie la plus technologique et la plus sophistiquée d'une batterie qui est l'électrode", a ajouté Carlos Tavares.

Interrogé sur le lieu où pourrait voir le jour cette nouvelle usine, qui devra répondre aux normes de sécurité Seveso en raison de la production des électrodes, Carlos Tavares a refusé d'en dire davantage, répondant simplement que ce ne serait pas à Flins.

"Il n'y aura pas d'usine de batteries électriques à Flins", a-t-il dit, ajoutant qu'en raison de la production des électrodes, le site des Yvelines ne peut être retenu en raison des vibrations que provoque le trafic ferroviaire proche.   Suite...

 
<p>Le groupe cor&eacute;en LG pourrait choisir la France pour construire une usine de batteries destin&eacute;es notamment &agrave; &eacute;quiper les v&eacute;hicules &eacute;lectriques de Renault, d'apr&egrave;s le constructeur automobile fran&ccedil;ais. /Photo d'archives/REUTERS/Steve Marcus</p>