Investissements et crise freinent les résultats de Volkswagen

jeudi 26 juillet 2012 14h17
 

par Andreas Cremer

BERLIN (Reuters) - La croissance du bénéfice d'exploitation de Volkswagen a ralenti au deuxième trimestre en raison d'importants investissements technologiques et de l'impact de la crise de la zone euro sur le marché automobile.

Le numéro un européen du secteur a publié jeudi un bénéfice d'exploitation trimestriel de 3,28 milliards d'euros, en hausse de 3,4% seulement après un bond de 10% sur les trois premiers mois de l'année mais supérieur aux attentes des analystes, qui le donnaient en moyenne à 3,20 milliards.

Ce résultat a été soutenu notamment par la marque haut de gamme Audi et la généraliste VW, les deux principales du groupe.

L'action Volkswagen perdait néanmoins 2,13% en début d'après-midi à Francfort alors que l'indice Stoxx européen du secteur cédait 0,37%.

"L'implantation mondiale de VW et ses méthodes de production économes constituent la meilleure des recettes en période de crise", a déclaré Franck Schwope, analyste de NordLB. "Les résultats sont solides mais la hausse des ventes pourrait ralentir au second semestre, même chez VW."

Sur les six premiers mois de l'année, le groupe dans son ensemble a livré 4,45 millions de voitures, soit 8,9% de plus qu'au premier semestre 2011. Il vise 10 millions d'unités à l'horizon 2018 pour ravir à Toyota et General Motors le premier rang mondial.

"Notre position solide sur les marchés internationaux nous permettra de surperformer le marché dans son ensemble en dépit d'un contexte difficile", a assuré jeudi le président du directoire, Martin Winterkorn, dans un communiqué.

CONTRASTE NET AVEC PSA ET FORD   Suite...

 
<p>Volkswagen, le premier constructeur automobile europ&eacute;en, annonce une hausse de son b&eacute;n&eacute;fice d'exploitation au premier semestre &agrave; 6,5 milliards d'euros, contre 6,1 milliards l'an dernier sur la m&ecirc;me p&eacute;riode, mais pr&eacute;voit une stabilit&eacute; de son r&eacute;sultat annuel. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Charisius</p>