La France parie sur le "vert" pour sauver sa filière automobile

mercredi 25 juillet 2012 17h00
 

par Julien Ponthus et Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le gouvernement mise sur le développement des véhicules "verts" pour assurer la survie de la filière automobile française mais son plan, présenté mercredi, est critiqué faute de s'attaquer à la compétitivité et de bénéficier de moyens suffisants.

Pour aider une industrie en difficulté et menacée par la concurrence internationale, ce plan prévoit comme mesure la plus saillante d'augmenter de 40 à 100% selon les cas les bonus pour les véhicules électriques, hybrides ou thermiques peu polluants.

La stratégie du gouvernement, annoncé le même jour que les pertes financières et le plan de restructuration de Peugeot, se démarque de celle de son prédécesseur de droite, qui a distribué en 2008 et 2009 de généreuses primes à la casse et des milliards d'euros de prêts aux constructeurs français.

Balayant les critiques et les "porteurs de pessimisme", le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a dit avoir pour objectif "la renaissance de l'automobile française".

L'Etat se veut le fer le lance de cet effort et fera en sorte que 25% des véhicules qu'il achètera à l'avenir soient à moteur électrique ou hybride et que tout nouveau véhicule de sa flotte à usage urbain soit électrique.

Le gouvernement promet aussi d'accélérer l'implantation de bornes de recharge des véhicules électriques et s'engage à débloquer des fonds pour favoriser l'innovation dans la filière.

Mais l'option d'une réduction du coût du travail à travers une hausse de la CSG ou de la TVA, souhaitée par certains chefs d'entreprises n'a pas été retenue.

COMPÉTITIVITÉ   Suite...

 
<p>Le plan de soutien &agrave; la fili&egrave;re automobile, en donnant la priorit&eacute; aux motorisations &eacute;lectriques et hybrides, vise &agrave; aider sans les nommer les constructeurs fran&ccedil;ais ou produisant en France, mais d'autres profiteront aussi du dispositif, notamment Toyota. /Photo d'archives/REUTERS/Fabrizio Bensch</p>