Le plan auto mise sur les voitures propres

mercredi 25 juillet 2012 10h32
 

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français mise sur le développement subventionné des véhicules propres pour garantir la survie de la filière automobile, en surcapacité et menacée par la concurrence internationale, selon un document obtenu par Reuters.

Le plan de soutien au secteur automobile présenté mercredi en conseil des ministres prévoit une augmentation des subventions pour l'achat de voitures "propres" et des aides à l'investissement avec des banques publiques,

L'Etat s'engage à ce que les véhicules électriques et hybrides représentent 25% de ses futurs achats et que tout nouveau véhicule à usage urbain de sa flotte soit électrique.

Le gouvernement promet d'accélerer l'implantation de bornes de recharge des véhicules électriques et hybrides rechargeables.

Ce programme est lancé alors que le premier constructeur français Peugeot vient d'annoncer la suppression de 8.000 postes en France et la fermeture de son site d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis.

"Le plafond du bonus relatif aux véhicules électriques sera porté de 5.000 euros à 7.000 euros ; celui relatif aux véhicules hybrides sera doublé et porté à 4.000 euros, il sera ouvert aux véhicules de sociétés", précise le plan.

Les bonus relatifs aux véhicules thermiques faiblement polluants seront augmentés de 100 ou 150 euros selon le cas.

Toutes ces hausses seront valables jusqu'à fin 2012 et le renforcement de l'ensemble du dispositif bonus-malus sera précisé en loi de finances pour 2013.

Le plan prévoit par ailleurs de "réorienter" vers l'innovation 350 millions d'euros d'investissements dits d'avenir, financés par le grand emprunt lancé sous le quinquennat précédent.   Suite...

 
<p>Le plan de soutien au secteur automobile que doit pr&eacute;senter ce mercredi le gouvernement pr&eacute;voit de porter de 5.000 &agrave; 7.000 euros le bonus maximum pour les v&eacute;hicules propres, selon Les Echos. Les autres bonus pour les v&eacute;hicules faiblement &eacute;metteurs de CO2 (dont les hybrides) seront &eacute;galement augment&eacute;s de 100 ou 150 euros. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler</p>