Le drive, une arme à double tranchant pour la distribution

mardi 24 juillet 2012 23h05
 

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Chaque vendredi soir, ses trois enfants couchés, Caroline Alovisetti commande en ligne ses courses pour la semaine. Tout sauf la viande, les fruits et les légumes. Le lendemain matin, son mari ira les chercher en voiture, à un quart d'heure du centre de Nîmes. Il n'aura qu'à ouvrir son coffre. Le service est gratuit.

Le "drive", en plein essor en France, bouscule le paysage de la distribution traditionnelle.

Comme nombre de jeunes mères de famille nombreuse, Caroline, 40 ans, constitue le coeur de la clientèle qui fait le succès de

ce concept inventé par Auchan il y a douze ans et qui permet aux clients de passer leurs commandes sur le site internet des distributeurs et d'en prendre livraison dans les 24 heures.

Ce service permet de gagner un temps précieux sur les courses dites de "fond de placard" comme l'épicerie, mais aussi les boissons et les laitages, lourds à porter, les produits d'hygiène et d'entretien.

"C'est pratique, on gagne du temps, il n'y a pas de passage en caisse. Pour le reste, nous achetons chez les commerçants du quartier", précise Caroline, qui souligne que les prix du drive sont les mêmes que ceux des hypers et se réjouit de "ne plus avoir à mettre les pieds dans un hypermarché".

Le concept s'est d'abord lentement développé avant de connaître une véritable explosion ces deux dernières années, au rythme de plusieurs centaines d'ouvertures par an.

La barre des 1.500 drives était frôlée début juillet, selon les chiffres de A3distrib, le groupement d'indépendants Système U faisant la course en tête avec 448 points de retrait, devant Intermarché (344), Leclerc (215), Carrefour (125) et Casino (117).   Suite...