Sous pression, l'Espagne demande à l'UE d'agir vite

mardi 24 juillet 2012 23h24
 

par Paul Day et Julien Toyer

MADRID (Reuters) - Confrontée à l'envolée de ses coûts de financement, qui risquent de la contraindre à solliciter une aide extérieure, l'Espagne a demandé mardi à l'Union européenne d'appliquer rapidement les décisions prises fin juin par les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro pour endiguer la crise de la dette.

Le Trésor espagnol a dû consentir un rendement de 3,691% pour emprunter des capitaux à six mois, soit près d'un demi-point de plus que le mois dernier, l'un des taux les plus élevés servis à court terme depuis la création de l'euro.

Cette adjudication s'est déroulée sur fond de craintes croissantes de voir les difficultés budgétaires des régions espagnoles remettre en cause la priorité du gouvernement de Mariano Rajoy: éviter un plan d'aide européen à l'Etat lui-même en plus de celui déjà décidé pour les banques.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a déclaré que l'Espagne, l'Italie et la France souhaitaient "la mise en oeuvre immédiate des accords du dernier Conseil européen".

A l'issue de leur réunion des 28 et 29 juin, les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro s'étaient mis d'accord sur la mise en oeuvre d'une supervision commune des banques et sur des mesures d'urgence censées enrayer l'envolée des taux d'intérêt.

Ils avaient notamment exprimé leur "ferme détermination à faire ce qui est nécessaire pour assurer la stabilité financière de la zone euro, notamment en ayant recours aux instruments existants du FESF/MES de manière souple et efficace".

LES RENDEMENTS OBLIGATAIRES EN ZONE ROUGE

Le communiqué publié mardi par Madrid associait Rome et Paris à son appel à l'UE mais l'Italie et la France ont démenti avoir lancé un appel commun. Le communiqué espagnol avait disparu du site internet du ministère des Affaires étrangères peu après ces démentis.   Suite...

 
<p>L'Espagne est confront&eacute;e &agrave; l'envol&eacute;e de ses co&ucirc;ts de financement qui risquent de la contraindre &agrave; solliciter une aide ext&eacute;rieure. Madrid a demand&eacute; mardi &agrave; l'Union europ&eacute;enne d'appliquer rapidement les d&eacute;cisions prises fin juin par les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro pour endiguer la crise de la dette. /Photo prise le 24 juillet 2012/REUTERS/Andrea Comas</p>