L'activité industrielle se stabilise en Chine, pas en zone euro

mardi 24 juillet 2012 14h13
 

par Jonathan Cable et Nick Edwards

LONDRES/PEKIN (Reuters) - Les industriels chinois ont bénéficié en juillet d'une reprise des nouvelles commandes et d'une embellie à l'export mais dans la zone euro les indices d'activité PMI publiés mardi suggèrent une nouvelle récession.

Alors que le Vieux Continent lutte contre la contagion de la crise de la dette et que les investisseurs redoutent de voir l'Espagne nécessiter à son tour une aide internationale directe, la contraction économique qui asphyxie les pays du Sud de l'Europe gagnent désormais le coeur de la région, l'Allemagne et la France.

L'activité du secteur privé des 17 pays de la zone euro a reculé en juillet pour le sixième mois d'affilée. La production manufacturière a plongé, notamment en Allemagne, faisant planer le risque d'une nouvelle récession dans la région.

Mais en Chine, l'une des locomotives de l'économie mondiale où de nombreux commentateurs redoutaient un brusque ralentissement, la contraction de l'activité manufacturière s'est atténuée en juillet, d'après la version préliminaire de l'indice PMI calculé par la banque HSBC.

Il ressort à 49,5 contre 48,2 en juin, à son plus haut niveau depuis février, porté par un rebond de la production et des signes d'amélioration dans les commandes à l'exportation. Le sous-indice de la production, ressorti à 51,2, est à son plus haut niveau depuis octobre.

"Le PMI apporte de nouveaux signes d'une stabilisation de l'économie chinoise, renforçant notre analyse qui est celle d'un tassement de l'activité au cours de l'été", commente Nikolaus Keis, d'UniCredit.

La croissance en Chine a ralenti à 7,6% en rythme annuel au deuxième trimestre, son rythme le plus lent depuis plus de trois ans.

Dans la zone euro, les indices PMI suggèrent selon Markit une contraction de 0,6% de l'économie des Dix-Sept au troisième trimestre.   Suite...

 
<p>L'activit&eacute; dans le secteur priv&eacute; de l'ensemble de la zone euro s'est contract&eacute;e en juillet pour le sixi&egrave;me mois cons&eacute;cutif contrairement aux attentes, en raison notamment d'un recul marqu&eacute; de la production manufacturi&egrave;re, selon les premi&egrave;res estimations. /Photo prise le 13 juillet 2012/REUTERS/Alex Domanski</p>