Le gouvernement demande à PSA des "engagements forts"

lundi 23 juillet 2012 17h26
 

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a demandé lundi à PSA Peugeot Citroën des "engagements forts" pour limiter l'impact de son plan de restructuration sur l'emploi, à deux jours d'une négociation sociale au sein du groupe.

Le premier constructeur automobile français a annoncé la suppression de 8.000 emplois en France et la fermeture de son site d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, un dossier hautement symbolique en ce début de quinquennat du nouvel exécutif socialiste français.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a mis en cause la stratégie industrielle du groupe.

A l'issue d'un entretien d'une heure et quart avec le président du directoire de PSA, Philippe Varin, Jean-Marc Ayrault s'est abstenu de réitérer ces accusations, qui ont été jugées dangereuses pour la marque par la famille Peugeot et par l'opposition de droite.

Dans un communiqué, il a en revanche "rappelé son attachement à la nécessité d'une stratégie industrielle ambitieuse pour l'industrie automobile, dans laquelle le groupe PSA peut et doit pleinement prendre sa place".

Concernant le plan de restructuration, il demande des engagements forts sur "la limitation de l'impact sur l'emploi", "l'accompagnement de chaque salarié jusqu'à l'obtention d'un emploi", le maintien d'une activité industrielle sur le site d'Aulnay, la mise en place d'un "plan de revitalisation" du bassin d'emploi rennais, où des suppressions de postes sont aussi annoncées, et "l'accompagnement des sous-traitants et prestataires" de ces deux sites.

VARIN S'EST "ENGAGÉ", DIT AYRAULT

Selon le communiqué de Matignon, Philippe Varin s'est "clairement engagé" sur un dialogue social "exemplaire", qui aboutisse à des mesures tenant compte des demandes du Premier ministre et du président François Hollande.

Philippe Varin a pour sa part assuré que l'entretien avec Jean-Marc Ayrault avait été "très constructif", sans donner l'impression d'avoir modifié en quoi que ce soit le plan de restructuration de PSA.   Suite...

 
<p>Philippe Varin, pr&eacute;sident du directoire de PSA Peugeot Citro&euml;n, a &eacute;t&eacute; re&ccedil;u pendant une heure et quart avec Jean-Marc Ayrault &agrave; Matignon. Le Premier ministre a demand&eacute; des "engagements forts" pour limiter l'impact de son plan de restructuration sur l'emploi, &agrave; deux jours d'une n&eacute;gociation sociale au sein du groupe. /Photo prise le 23 juillet 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>