L'Autorité de la concurrence fixe ses conditions à Canal+

lundi 23 juillet 2012 15h44
 

par Gwénaëlle Barzic et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - L'Autorité de la concurrence a imposé lundi des conditions à Canal+ avant d'autoriser définitivement le rachat du bouquet satellitaire TPS par le groupe de télévision payante, qui a immédiatement annoncé son intention de demander l'annulation de cette décision par le Conseil d'Etat.

Le gendarme de la concurrence a prononcé des injonctions pour la première fois depuis qu'il exerce le contrôle des concentrations en 2009, faute d'avoir réussi à s'entendre avec le numéro un de la télévision payante en France.

Sur le deuxième dossier chaud pour Canal+, le rachat des chaînes gratuites Direct 8 et Direct Star de Bolloré, l'Autorité de la concurrence a donné son feu vert avec des conditions, acceptées après négociations par Canal+.

Le groupe n'attend désormais plus que le feu vert du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) qui pourrait demander à la chaîne cryptée des engagements supplémentaires.

Ces décisions sur deux opérations cruciales pour la filiale de Vivendi étaient très attendues après plusieurs mois d'enquête, alors que le groupe Vivendi, qui vient de voir le départ du président de son directoire Jean-Bernard Lévy, traverse une passe difficile.

Le régulateur avait retiré en septembre dernier l'autorisation portant sur la fusion entre CanalSat et TPS en 2006 après avoir constaté que la chaîne cryptée n'avait pas respecté plusieurs des engagements pris à l'époque.

"Nous imposons des injonctions, ce qui est une première, car nous n'avons pas trouvé d'accord avec Canal+ ", a expliqué Bruno Lasserre, le président de l'Autorité, lors d'un point presse.

SORTIE D'ORANGE CINÉMA SÉRIES   Suite...

 
<p>L'Autorit&eacute; de la concurrence a impos&eacute; lundi des conditions &agrave; Canal+ avant d'autoriser d&eacute;finitivement le rachat du bouquet satellitaire TPS, des conditions imm&eacute;diatement contest&eacute;es par le groupe de t&eacute;l&eacute;vision payante. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>