Des banques prêtes à un accord collectif dans le dossier Libor

vendredi 20 juillet 2012 11h00
 

par Katharina Bart et Diane Bartz

ZURICH/WASHINGTON (Reuters) - Un groupe de banques impliquées dans le scandale de la manipulation du Libor envisagent de conclure un accord amiable collectif avec les autorités de régulation plutôt que d'essuyer le même revers que Barclays en affrontant la situation isolément, ont indiqué des sources proches des établissements concernés.

Les discussions sont à un stade préliminaire et il n'est pas acquis que les autorités de régulation soient prêtes à y participer même si l'intérêt pour les banques d'ouvrir des négociations conjointes ne fait guère de doutes.

Barclays a été la première banque à conclure un accord amiable avec les régulateurs américain et britannique rendu public le 27 juin.

La banque britannique a accepté de payer une amende de 453 millions de dollars et a reconnu son rôle dans la manipulation du London interbank offered rate (Libor), un ensemble de taux interbancaire de référence pour des contrats de prêts dont les encours se chiffrent en milliers de milliards.

Son directeur général Bob Diamond a brusquement quitté ses fonctions la semaine suivante sous la pression de l'opinion publique et en raison du coup porté à la réputation de la banque.

Aucun des autres établissements impliqués ne souhaite désormais se retrouver seul en première ligne et exposé à la vindicte de la classe politique et de l'opinion, ont indiqué des sources bancaires à Reuters.

Les discussions entre banques sur un accord collectif amiable avaient été initiées avant l'annonce de la transaction réalisée par Barclays et ont repris de plus belle depuis même si les établissements y participant ne sont pas clairement identifiés.

Citigroup, HSBC, Deutsche Bank et JPMorgan Chase figurent parmi les banques faisant l'objet d'une enquête sur la manipulation du Libor. Aucune d'entre elles n'a souhaité faire de commentaire.   Suite...