PSA n'a plus les moyens de se développer seul

jeudi 19 juillet 2012 12h38
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën va devoir réduire cette année ses investissements et s'appuyer sur son partenaire General Motors pour poursuivre un développement qu'il n'est plus capable de financer seul.

Le premier constructeur automobile français, qui vient d'annoncer 8.000 nouvelles suppressions d'emplois en France, perd chaque mois 200 millions d'euros en cash en raison de la chute de ses ventes en Europe.

La direction assure que la survie de l'entreprise n'est pas en jeu car elle dispose d'un matelas financier d'une dizaine de milliards d'euros, mais la question se pose à plus long terme si le groupe n'est plus en mesure d'investir pour rester dans la course à l'innovation qui fait rage dans le secteur.

"Pour pouvoir survivre sur le court terme, le groupe freine sensiblement son potentiel de croissance future avec des coupes dans les capex (investissements) et des cessions d'actifs", commente Kristina Church, analyste automobile chez Barclays Capital.

"La recherche, c'est le nerf de la guerre dans l'automobile, et vendre les bijoux de famille n'est qu'une solution à très court terme pour générer du cash", ajoute-t-elle, en référence au plan d'économies en cours.

La concurrence, elle, n'attend pas.

Le grand rival, l'allemand Volkswagen, prévoit d'investir d'ici cinq ans un montant colossal de 60 milliards d'euros (12 milliards par an) dans le développement de projets futurs - usines, équipements et Recherche & développement - afin de devenir le leader mondial.

Par comparaison, PSA a consacré l'an dernier 3,7 milliards d'euros à ses investissements industriels, commerciaux et de recherche, un montant appelé à baisser en 2012 dans le contexte de crise actuel. Le groupe détaillera le 25 juillet, lors de la publication de ses résultats semestriels, la réduction prévue de ses investissements.   Suite...

 
<p>PSA Peugeot Citro&euml;n, qui vient d'annoncer 8.000 suppressions d'emplois en France, va devoir r&eacute;duire cette ann&eacute;e ses investissements et s'appuyer sur son partenaire General Motors pour poursuivre un d&eacute;veloppement qu'il n'est plus capable de financer seul. La direction assure que la survie de l'entreprise n'est pas en jeu car elle dispose d'un matelas financier d'une dizaine de milliards d'euros, mais la question se pose &agrave; plus long terme si le groupe n'est plus en mesure d'investir pour rester dans la course &agrave; l'innovation. /Photo d'archives/REUTERS/Radovan Stoklasa</p>