La probable perte de licence Burberry pèse sur Interparfums

mardi 17 juillet 2012 13h00
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le titre Interparfums chute à la Bourse de Paris mardi matin, Burberry ayant programmé pour la fin 2012 le rachat de sa licence auprès du français faute d'un accord d'ici là sur la création d'une entreprise commune dans les parfums et les cosmétiques.

Cette licence est cruciale pour Interparfums, qui réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires avec les parfums qu'il conçoit pour le groupe de luxe britannique.

Burberry et Interparfums, qui avaient entamé leurs discussions fin 2011, ne sont pas parvenus à s'entendre dans les délais qu'ils s'étaient donnés. Aussi, le britannique a-t-il voulu avoir les mains libres en exerçant son option de sortie, tout en poursuivant les négociations.

Le rachat de cette licence se ferait cependant au prix d'une importante compensation financière de 180 millions d'euros (hors créances clients et stocks) pour Interparfums.

Les discussions achoppent sur plusieurs points. La question du contrôle opérationnel de l'entreprise ne semble pas trop poser de problème, tandis que celle de son contrôle capitalistique paraît beaucoup plus délicate à régler.

"Nous voulons être majoritaire en capital. Cela ne nous intéresse pas si nous ne pouvons pas consolider l'entreprise", a déclaré à Reuters Philipe Benacin, PDG d'Interparfums.

Il s'est dit heureux de la clarification de la situation pour les investisseurs, "qui sauront maintenant ce qui se passera s'il n'y a pas d'accord", tout en se montrant très confiant pour l'avenir.

En cas d'échec, Interparfums ouvrira une nouvelle page de son histoire et aura les moyens de réaliser des acquisitions, a-t-il ajouté, évoquant des rachats de licence ou de marques propres.   Suite...

 
<p>Burberry, en discussions avec Interparfums, a l'intention de mettre fin &agrave; leur accord de licence &agrave; partir du 31 d&eacute;cembre 2012. Interparfums r&eacute;alisait fin 2011 plus de la moiti&eacute; de son chiffre d'affaires avec la marque au tartan. /Photo d'archives/REUTERS/Jason Lee</p>