Baisse des profits de JPMorgan au 2e trimestre

vendredi 13 juillet 2012 15h10
 

par David Henry et Jed Horowitz

(Reuters) - JPMorgan Chase, la première banque américaine, a annoncé vendredi que les positions hasardeuses prises par certains de ses traders s'étaient soldées par des pertes de 4,4 milliards de dollars (3,6 milliards d'euros) ces derniers mois et révélé que des salariés avaient pu tenter de dissimuler des pertes au premier trimestre.

Le groupe laisse ainsi entendre que l'affaire de la "baleine de Londres", le surnom donné à l'un de ses traders vedettes basé dans la capitale britannique, n'est pas un cas isolé et que les difficultés de sa division "Chief Investment Office" (CIO) pourraient avoir dépassé un défaut de gestion du risque et de simples erreurs d'anticipation de l'évolution des marchés.

JPMorgan a assuré avoir mené à bien l'assainissement de la division CIO et ajouté que ses problèmes ne concernaient que cette activité.

Elle estime néanmoins que les positions concernées prises sur des dérivés de crédit pourraient générer 700 millions à 1,7 milliard de dollars de pertes supplémentaires.

La division CIO a mal évalué ses positions sur dérivés de crédit au premier trimestre, ce qui a conduit à une surévaluation de 459 millions de dollars du bénéfice net de la période, a précisé le groupe.

CIO, qui gère les risques de l'ensemble du groupe et investit ses excédents de dépôts, se limitera désormais à des investissements prudents et ne prendra plus de positions sur les dérivés de crédit, a expliqué JPMorgan.

Une autre division est chargée de gérer les positions à risque encore ouvertes.

"La majeure partie de ce problème est désormais derrière nous et nous pouvons maintenant concentrer toute notre énergie sur ce que nous faisons le mieux", a déclaré le PDG du groupe, Jamie Dimon, cité dans un communiqué.   Suite...

 
<p>JPMorgan Chase a publi&eacute; vendredi un b&eacute;n&eacute;fice en baisse au titre du deuxi&egrave;me trimestre, marqu&eacute; par une perte de trading importante sur le portefeuille de produits d&eacute;riv&eacute;s s'&eacute;levant &agrave; 4,4 milliards de dollars avant imp&ocirc;ts. /Photo prise le 22 mai 2012/REUTERS/Eduardo Munoz</p>