La crise ramène le secteur aéronautique sur terre

jeudi 12 juillet 2012 16h42
 

par Cyril Altmeyer

FARNBOROUGH, Grande-Bretagne (Reuters) - Le millésime 2012 du salon aéronautique de Farnborough aura été à l'image du ciel londonien cette semaine: globalement plombé, avec parfois quelques éclaircies.

Rattrapé par la crise, le secteur aéronautique a connu un salon nettement moins flamboyant que les précédentes éditions, en particulier l'exceptionnel salon du Bourget 2011. Ce ralentissement du rythme de commandes pourrait toutefois apporter une bouffée d'oxygène à une chaîne d'approvisionnement sous pression.

Boeing a engrangé 370 commandes et engagements - en intégrant celle de 150 B737 de la compagnie américaine United Airlines - contre "seulement" 115 pour Airbus, principale division du groupe EADS.

A titre de comparaison, l'européen avait terrassé Boeing au salon du Bourget l'an passé avec 910 commandes et engagements contre 141 pour son rival américain.

Dans un salon 2012 plutôt morose, le total de 485 commandes est même inférieur aux attentes qui étaient de 500 à 600 commandes, selon Barclays Capital.

"Dans une certaine mesure, ce salon est moins flamboyant que les autres années mais on ne peut pas continuer à vendre chaque année plus d'avions qu'on peut en produire, sinon cela ne marche tout simplement pas", souligne Damien Lasou, responsable de l'aéronautique et de la défense chez Accenture.

"Avec la crise et les restrictions pesant sur le secteur bancaire, il est plutôt acceptable et raisonnable qu'il y ait moins de commandes cette année que les milliers qu'on a vues par le passé".

Il se refuse toutefois à parler d'une fin d'un cycle, comme le secteur aéronautique en connaît régulièrement, soulignant que même avec la crise dans la zone euro et le ralentissement aux Etats-Unis, il reste des viviers de croissance en Asie.   Suite...

 
<p>Vol de d&eacute;monstration d'un Boeing 787 &agrave; Farnborough. Le mill&eacute;sime 2012 du salon a&eacute;ronautique de Farnborough aura &eacute;t&eacute; &agrave; l'image du ciel londonien cette semaine: globalement plomb&eacute;, avec parfois quelques &eacute;claircies. /Photo prise le 10 juillet 2012/REUTERS/Luke MacGregor</p>