Sylvia Pinel veut intégrer le tourisme au redressement productif

mercredi 11 juillet 2012 18h59
 

PARIS (Reuters) - Sylvia Pinel, ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme a présenté mercredi le secteur touristique comme une carte maîtresse que le gouvernement comptait utiliser pour mener à bien son projet de "redressement productif" du pays.

L'Hexagone reste la première destination mondiale en nombre de touristes mais elle ne se classe qu'au troisième rang en termes de recettes touristiques, derrière les Etats-Unis, et depuis une dizaine d'année, l'Espagne.

Alors que les perspectives du secteur sont mitigées pour la saison qui commence, la ministre estime qu'il faut investir de nouveau dans les hébergements pour préserver l'attractivité de la France en la matière.

"Depuis de nombreuses années, la France vit sur ses acquis et n'a pas réussi à avoir une politique du tourisme structurée et ambitieuse" a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse.

Dans un ouvrage récent, l'ancien PDG de Saint-Gobain, Jean-Louis Beffa, proposait lui-même de faire de "l'art de vivre français"-et donc du tourisme - un des moteurs de l'économie française, en attirant la riche clientèle des pays émergents.

Cette manne est potentiellement gigantesque puisque, selon le ministère, les flux internationaux passeront en 20 ans de 980 millions actuellement à 1,8 milliard de touristes.

En ce début d'été, le marché français reste néanmoins plutôt morose, défavorisé par une météo peu clémente et une demande intérieure érodée par la crise.

"La prévision de la fréquentation totale pour la saison estivale 2012 devrait être égale à la saison passée, avec toutefois un sentiment de baisse", a estimé Jean Burtin, président de la Fédération nationale des offices de tourisme et syndicats d'initiative lors de la même conférence de presse.

"UN DROIT POUR TOUS"   Suite...

 
<p>Sylvia Pinel, ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme consid&egrave;re le secteur touristique comme une carte ma&icirc;tresse que le gouvernement compte utiliser pour mener &agrave; bien son projet de "redressement productif" du pays. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>