Pas de problème de dette immédiat en Italie, selon Goldman Sachs

mercredi 11 juillet 2012 18h00
 

MILAN (Reuters) - Les investisseurs italiens devraient veiller à ce que l'Italie continue de refinancer sa dette sur les marchés pendant un certain temps, même si les inquiétudes sur un éclatement de l'euro pourraient pousser le pays à demander l'aide internationale, a indiqué l'économiste en chef de Goldman Sachs en Europe.

Dans un entretien à Reuters mercredi, Huw Pill a dit s'attendre à ce que, plus tard dans l'année, certains pays de la zone euro demandent à utiliser les fonds de sauvetage de la région pour soutenir leur marché obligataire.

A cet égard, l'Italie n'est pas le premier pays concerné, contrairement à l'Espagne, qui fait face à de plus grandes difficultés pour financer sa dette. L'Italie bénéficie d'une large base d'investisseurs qui sont traditionnellement d'importants acheteurs de la dette souveraine italienne, a expliqué Huw Pill.

"La capacité à mobiliser l'épargne intérieure pour acheter de la dette italienne est, je crois, assez élevée", a-t-il dit.

"Cela rend moins probable une crise obligataire forte. Je ne pense pas que ce soit un problème imminent, le financement de la dette de l'Italie par l'épargne domestique est quelque chose qui peut faire office de soutien pendant un certain temps".

Valentina Za et Elvira Pollina, Blandine Hénault pour le service français, édité par Nicolas Delame