10 juillet 2012 / 14:43 / il y a 5 ans

Les banques françaises parmi les plus solides du monde, juge S&P

<p>Le syst&egrave;me bancaire fran&ccedil;ais pr&eacute;sente des risques &eacute;conomique et industriel faibles et ses caract&eacute;ristiques "domestiques" figurent parmi les plus solides du monde, selon une &eacute;tude de l'agence de notation Standard &amp; Poor's. /Photo d'archives/Brendan McDermid</p>

PARIS (Reuters) - Le système bancaire français présente des risques économique et industriel faibles et ses caractéristiques "domestiques" figurent parmi les plus solides du monde, selon une étude publiée mardi par Standard & Poor's.

L'agence de notation précise que dans le cadre de cette étude baptisée Bicra (Bank industry country risk assessment), le système bancaire français a obtenu un score de 2 sur 10, "1" représentant le risque le plus faible.

"La France se situe dans le groupe 2, de même que, par exemple, l'Allemagne, l'Australie, la Belgique, le Japon ou la Suède. Le Canada et la Suisse sont dans le groupe 1, les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont dans le groupe 3, l'Italie dans le groupe 4, l'Espagne dans le groupe 5, la Grèce dans le groupe 10", détaille S&P dans un communiqué.

Cette étude ne tient toutefois pas compte des activités internationales des banques, évaluées individuellement, banque par banque, et de leur exposition aux pays dont les finances publiques sont sous pression, Grèce, Espagne et Italie en tête.

L'agence de notation note, parmi les faiblesses relatives ou points de surveillance du système bancaire français, une dette publique importante et surtout croissante qui pénalise l'économie, ainsi qu'une perte de compétitivité externe et des prix de l'immobilier surévalués.

Selon S&P, les prix de l'immobilier devraient reculer d'environ 15% au cours de la période 2012-2013.

Pour l'industrie bancaire, S&P relève le risque de "persistance de tensions sur les marchés de dette européens (qui modifierait son) appréciation du risque de refinancement pour les banques françaises".

"Nous suivrons avec attention les nouvelles mesures que pourrait prendre le nouveau gouvernement. A ce stade, nous n'anticipons pas de modification structurelle de la dynamique concurrentielle. Nous prévoyons seulement une pression négative sur la rentabilité des banques par une taxation accrue, qui si elle reste modérée, serait sans impact sur notre évaluation du risque de l'industrie bancaire", conclut l'étude.

Vers 16h30, les actions des grandes banques françaises, BNP Paribas (+1,6%), Société générale (0,7%), Crédit agricole (+0,5%) et Natixis (+1,1%), progressaient à la Bourse de Paris. L'indice paneuropéen du secteur bancaire avançait de 0,9%.

Benjamin Mallet, Matthias Blamont, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below