Les Bourses européennes ouvrent sur une note hésitante

mardi 10 juillet 2012 09h50
 

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert sur une note hésitante mardi après quatre séances consécutives de baisse, un peu rassurées par l'accord à l'Eurogroupe sur les modalités du plan d'aide aux banques espagnoles, mais dans un climat encore tendu par les inquiétudes pour la croissance mondiale et le poids de la dette espagnole et italienne.

À Paris, le CAC 40 était quasiment inchangé à 3.156,96 points vers 07h35 GMT. A Londres, le FTSE gagnait 0,11% et l'indice paneuropéen Eurostoxx 50 prenait 0,13. En revanche, à Francfort, le Dax reculait de 0,15%.

L'indice des valeurs technologiques européennes est en hausse de plus de 1%, signant la plus forte progression.

"Il y a eu beaucoup de rumeurs sur le fait que le plan de sauvetage des banques espagnoles pourrait ne pas être appliqué, qui se sont avérées infondées puisque le plan est toujours sur les rails. Cela pourrait créer une atmosphère un peu meilleure que ces derniers jours", note Geert Ruysschaert, analyste chez Fortis.

Les ministres des Finances de la zone euro ont accepté d'accorder un an supplémentaire à l'Espagne pour remplir ses objectifs budgétaires en échange de nouvelles coupes, ont défini les grandes lignes de l'aide aux banques espagnoles et annoncé la mise en place d'une autorité de surveillance bancaire européenne l'année prochaine.

Mais ils n'ont pas semblé avancer sur la question de l'utilisation des fonds de sauvetage pour stabiliser le marché obligataire et faire baisser les coûts de financement de l'Espagne et de l'Italie, qui continuent de peser sur les marchés.

"Je crois qu'il va s'écouler du temps avant d'arriver au point où les décideurs politiques seront prêts à agir, en particulier en ce qui concerne le rachat d'obligations sur le marché secondaire", constate Todd Elmer, analyste chez Citi.

Autre source d'inquiétude pour les investisseurs, le ralentissement brutal de la croissance des importations chinoises en juin, qui soulève de nouvelles interrogations sur la santé de la deuxième économie mondiale.

Les marchés sont en revanche soulagés de la fin lundi soir de la grève des employés du secteur pétrolier en Norvège, quelques minutes avant l'entrée en vigueur d'un "lock-out" qui aurait totalement interrompu la production du huitième exportateur mondial. Tangi Salaün pour le service français, édité par Natalie Huet

 
<p>Les Bourses europ&eacute;ennes ont ouvert sur une note h&eacute;sitante mardi apr&egrave;s quatre s&eacute;ances cons&eacute;cutives de baisse, un peu rassur&eacute;es par l'accord &agrave; l'Eurogroupe sur les modalit&eacute;s du plan d'aide aux banques espagnoles. &Agrave; Paris, le CAC 40 &eacute;tait quasiment inchang&eacute; &agrave; 3.156,96 points vers 07h35 GMT. A Londres, le FTSE gagnait 0,11% et l'Eurostoxx 50 prenait 0,13. En revanche, &agrave; Francfort, le Dax reculait de 0,15%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>