Les importations chinoises ralentissent, l'économie s'essouffle

mardi 10 juillet 2012 11h58
 

par Kevin Yao

PÉKIN (Reuters) - Les données du mois de juin du commerce extérieur chinois publiées mardi alimentent les inquiétudes sur le dynamisme de la deuxième économie mondiale, la progression des importations à un rythme deux fois moins élevé que prévu donnant un nouveau signe d'essoufflement de la croissance économique.

La hausse des importations en rythme annuel n'a été que de 6,3% en juin contre 12,7% en mai et un consensus de 12,7%, traduisant à la fois un tassement de la demande intérieure et un mouvement de déstockage de la part des exportateurs, inquiets de voir le rythme de leurs commandes ralentir.

Le vice-Premier ministre Wang Qishan a laissé entendre que la poursuite de la crise de la dette dans l'Union européenne - premier partenaire commercial de Pékin - pourrait empêcher la Chine d'atteindre son objectif de 10% de croissance du commerce extérieur cette année.

La croissance des exportations a été la bonne surprise du mois dernier, avec un rythme annuel de 11,3% dépassant les attentes (consensus: 9,9%), mais ces chiffres pourraient être en trompe-l'oeil, estiment les experts.

"Les exportations sont meilleures qu'attendu mais je ne crois pas que cela signifie qu'on ne doit pas être inquiet pour les exportations", souligne Sun Junwei, économiste chez HSBC.

Le porte-parole de la direction des douanes n'a pas dit autre chose lors de la conférence de presse de présentation des chiffres du commerce extérieur.

"Les exportations de la Chine vers l'Union européenne ont en réalité chuté au premier semestre. Nos exportations vers l'Allemagne reculent depuis quatre mois consécutifs et celles vers la France depuis trois mois. Nos exportations vers l'Italie en sont à leur dixième mois consécutif de baisse depuis septembre", a-t-il détaillé.

CROISSANCE EN BERNE ?   Suite...

 
<p>Les importations ont augment&eacute; &agrave; un rythme deux fois moins &eacute;lev&eacute; que pr&eacute;vu en juin (6,3% en rythme annuel contre 12,7% en mai), ravivant les craintes d'un essoufflement de la demande chinoise. /Photo d'archives/REUTERS/Aly Song</p>